26/12/2013

Des touristes de l’Antarctique coincés par les glaces !

Des touristes russes à bord d'un navire de recherche océanographique ont passé Noël à attendre les secours, le bateau étant bloqué dans la glace en Antarctique, rapportent les autorités australiennes.

L'Australian Maritime Safety Authority a dépêché trois navires après avoir reçu mercredi un appel de détresse du bateau enregistré en Russie et construit en Finlande. Au total, 50 passagers et 20 membres d'équipage se trouvent à bord du MV Akademik Shokalskiy, bloqué dans la glace au sud de la ville australienne de Hobart. Le navire n'est pas en danger, selon les autorités, mais l'arrivée de l'aide devrait prendre au minimum deux jours.

Un communiqué de Expeditions Online (agent de réservation) : "Le Akademik Shokalskiy est un navire d'expédition entièrement coque renforcée construit en 1984 pour la recherche polaire et océanographique. Cette classe de navire est reconnue mondialement pour l'exploration polaire, en raison de sa force, la maniabilité."

Étonnant :

- ce navire au départ conçu spécialement pour ce genre d'expédition, est coincé par des glaces.

- étant en été austral, alors qu'on nous rabâche les oreilles avec la fonte des glaces des pôles.

Il y a comme qui dirait, quelque chose dans cette histoire, qui sonne faux !

Suivant une source fiable, le navire se situe à 100 nm de la Base Dumont D'Urville (le point le plus au sud du trajet ci-dessous).

akk.PNG

Chose d'autant plus étrange dans cette information, la carte des températures au sol montre que la région (bord bas à droite à hauteur du UW-SSEC) est de +/- 5°c de même que la surface marine.

 

met.PNG

 


25/12/2013

"Xaver", ou la tempête d'absurdité, tant des scientifiques que des politiciens !

 

Le 5 décembre alors que la tempête "Xaver" se déplace vers  l'Europe de l'Ouest, que déjà les spécialistes belges se lancent dans des déclarations alarmistes, relayées et exacerbées par la presse en soif de sensationnel.

Les vents ne devraient pas dépasser 90km/h, et pourtant, l'amplitude des marées pourraient atteindre 6 mètres. Un niveau exceptionnel qui n'a plus été relevé depuis la tempête de 1953.

David Dehenauw, météorologue explique que "Les vents dans la moitié nord de la mer du nord et dans le nord de l'Atlantique, on a des vents de tempête de secteur nord, nord-est et viennent directement du Pôle Nord, donc ça pousse l'eau de mer vers la côte belge, et cela explique la raison pour laquelle on va avoir des marées très hautes le long de la côte et le long de l'Escaut". Les autorités belges ont pris des mesures de précaution qui devraient permettre de limiter les dégâts. Le plan catastrophe a été déclenché dans la province de Flandre occidentale et le maire de la commune belge de Bredene a décidé d'évacuer préventivement plus de 2000 habitants près du canal Gand-Bruges-Ostende. «Des simulations ont calculé que le niveau de l'eau pourrait atteindre 6,1 mètres. C'est la plus haute mesure depuis trente ans», a prévenu le gouverneur de la province de Flandre occidentale, Carl Decaluwé. (RTL-Info, La Meuse, La Libre, 7/7,..)

Très voire trop souvent et même de plus en plus souvent, on constate que des décisions politiques onéreuses sont prises sur base des dires de "spécialistes". Or, il apparait fréquemment qu'il s'agit de publicateurs pour revues scientifiques ou de chercheurs en quête de subventions. Ce jeux d'intérêts, plombe de plus en plus les finances publiques, et au final c'est le contribuable qui en paie grassement le prix, alors qu'il n'en a rien en retour, déjà qu'il peine à survivre financièrement aux taxes et à un coût de la vie pour le moins exorbitant.

 

 

Le 6 décembre, donc après la tempête.

Mme H Crevits, ministre flamande des Travaux Publics déclarait à la presse " Grâce aux mesures de prévention efficaces, les dégâts sont restés très limités. La réalité de ce vendredi  prouve que les investissements dans la sécurité de la Côte sont importants." De plus elle félicitait les spécialistes pour, je cite "les prévisions précises et fiables", tellement fiables que rien ne s'est produit. Pour clore son intervention Mme Crevits ose encore déclarer  " Les gros investissements consentis ces dernières années pour la protection de la côte et de l’hinterland paient, faisant référence " aux travaux récemment entrepris dans le cadre d’un Masterplan «Sécurité côtière». «Nous poursuivrons ces efforts lors des prochaines années, également à long terme avec le projet ’Vlaamse Baaien 2100". (qui comprend un volet visant l’extension de la Flandre sur la mer, ndlr(Le Soir))», a conclu la ministre.  

Quant à l'auteur de l'article, il ne fait que répéter et affirmer mordicus, ce qui fut écrit à la veille, alors que tous les lecteurs, sont déjà informés que cette tempête n'a pas eu les effets prédits " Le niveau des eaux à la Mer du Nord a atteint dans la nuit de jeudi à vendredi le plus haut niveau jamais enregistré depuis le 1er février 1953.".

(Le Soir et toute la presse flamande)

 

Le gros problème dont souffre la presse dans son ensemble est, le copier-coller. Sans parler des agences de presse (AFP, Belga pour ne citer qu'elles), qui diffusent une information, celle-ci se retrouve relayée par l'ensemble, et généralement sans aucune vérification du bienfondé ou de l'exactitude du contenu. Vient ensuite l'intervention du politiquement correct, et les enjeux des intérêts politiques et lucratifs des lobbies qu'on ne peut contredire malgré l'évidence des gros mensonges qui nous sont servis abondamment.

 

Les mesures de prévention efficaces pour la protection de la côte grâce aux investissements importants dans le cadre du Masterplan "Sécurité Côtière" et du "Vlaamse Baaien 2100", ont montré quoi ? Rien, en guise de sécurité puisqu'il ne s'est rien passé.  Vent plus faible que prévu et absence de marée importante. En revanche, les travaux de rehaussement des plages du littoral, entrepris depuis 2012, dans le cadre de l'élévation du niveau des mers, et de l'accroissement des phénomènes tempétueux, décrétée dans les différents rapports du GIEC, et suite à "Xynthia", ont démontré à quel point l'homme se croit supérieur à la nature en voulant la manœuvrer comme bon lui semble, et l'absurdité de tels travaux, en sommes inutiles. Les photos qui suivent, montrent clairement que tout le rehaussement de la plage est reparti à la mer par l'action des vagues. Une dépense de quelques 300 millions d'euros jusqu'en 2015 pour rien, car ces travaux n'ont strictement servi à rien alors qu'ils ont été entrepris sur toute la longueur des 60km de littoral belge.

xaver.jpg

Cet ouvrage devait constitué un front tant aux marées trop importantes, mais aussi aux vagues lors de tempêtes. Hé bien, une tempête moyenne et déjà, plus rien. Travail inutile, soit un de plus !

 

22/09/2013

Serait-ce le retour de nos hivers d'antan ?

 

Tout le monde, se souvient du cri d'alarme retentissant de certains convaincus du réchauffement, lors des 25,9°C enregistrés au sud-ouest du Groenland ce 30 juillet dernier.  On en a fait une preuve "évidente" de ce phénomène de changement climatique. Mais il faut savoir pour être clair et complet, que cette température fut relevée qu'un seul jour et s'est estompée en l'espace de 8 heures.  Maintenant, ce 13 septembre, ces mêmes scientifiques nous annoncent que durant cet été les glaces polaires ont moins fondu qu'en 2012 ! C'est quoi pour finir, c'est chaud et ça fond, ou les glaces ne sont pas fondues, il faut savoir ?

Afin d'entretenir la mainmise sur le monde avec le syndrome du réchauffement, ils ont trouvés comme excuse, que cela résultait en partie d'une série de cyclones durant l'été. En partie seulement, mais alors le reste c'est quoi ? Et là-dessus on ne nous dit rien, on nous laisse dans l'incompréhension la plus totale.

De plus, les incohérences deviennent chroniques, suivant les données du NSIDC, en 2012 il ne restait que 3.41 millions de km² de glace en Arctique, mais que cette année on aurait épargné la fonte de 1.12 millions de km² de glace, soit la superficie de la France et la Californie combinée, alors qu'au début du communiqué ils déclarent qu'il en subsiste au 13 septembre 5.10 millions de km², chez moi 3.41+1.12=4.53, que sont devenus les 0.57 millions de km² de différence, soit la superficie du Kenya ?

hiver,hivers,hypocrisie,tromperie,temperature,manipulationEt voilà que les spécialistes annoncent des prévisions hivernales redoutables et précoces pour l'Europe. A titre d'information, au début de septembre, les premières neiges sont tombées sur le Nord du Québec, soit près d'une cinquantaine de jours avant les premières habituelles. A cette fin septembre, les prévisions s'annoncent bien dans cette teinte, au Groenland, on voit fleurir des températures de -36°C, et pour la péninsule scandinave des -8 à -4°C, pour le 26 septembre, -4°C même à 14h00 et jusqu'à -8° à 02h00. A cette même date, on assistera pour la région de Québec, à des valeurs dignes de l'été indien, 20°C en journée et à peine 0°,2° à 4° au petit matin.

Les premières gelées.

Les prévisionnistes surveillent les anticyclones polaires sur et sous l’Arctique. Selon l’institut « cet été, les glaces arctiques ont conservé une extension importante, que l’on n’avait pas revue depuis 1996 ».  Ce phénomène pourrait avoir un impact direct sur l’hiver européen qui pourrait selon les premières prévisions être froid. Pour le mois de septembre, le temps changera lors de la deuxième quinzaine, car les perturbations atlantiques seront de retour. Le temps sera ensuite frais et sec pour le mois d’octobre et des dégradations ponctuelles et potentiellement fortes seront référencées. Les premières gelées précoces seraient également recensées.

Froid et neigeux.

Le mois de novembre s’annonce froid et surtout neigeux. En effet, les premiers flocons pourraient être cette année assez précoces. Un conflit entre les masses d’air au-dessus de la France, serait la cause de ce temps. Les vents de la Scandinavie devraient rencontrer les flux remontant de l’océan et cela aurait pour conséquence selon les spécialistes, des chutes de neige précoces, même en plaine. Il faut également noter selon les prévisionnistes un risque de violentes intempéries pour la Méditerranée.

Déjà en 2012, quelques jours avant novembre, l'hiver prenait déjà ses quartiers sur l'Europe en Pologne, Allemagne mais aussi dans le sud-est de la France, avec des épisodes neigeux et des gelées précoces pour l'ensemble des territoires.

18:35 Écrit par Eaglefeather dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hiver, hivers, hypocrisie, tromperie, temperature, manipulation |

02/02/2012

Déjà en juin 2010 nos dirigeants étaient avertis, mais ont préférés faire la sourde-oreille !

(Traduction Google du 1er rapport de l'I.C. Geochange) 

June , 2010 GEOCHANGE : Problems of Global Changes of the Geological Environement. Vol.1.London, 2010. ISSN 2218-579 8


CONCLUSION

Les conclusions tirées sur la base des résultats de recherche initiale décrite dans les chapitres 6 et 7 sont les suivants:

 

1. L'accélération de dérive des pôles magnétiques »

L'explosif, plus que quintuplé croissance des taux de dérive au pôle Nord magnétique de 1990 à nos jours a été accompagnée par une augmentation significative de l'activité endogène de la Terre. En 1998, le taux de dérive au pôle Nord magnétique est approché sa valeur maximale. De gros de 1998, il a été observé une forte augmentation du nombre de grands séismes et les accidents mortels tremblement de terre, des éruptions volcaniques et les tsunamis (catastrophiques, moyens et faibles). 

2. Anomalies changement J coefficient 2

1998 a vu le début de changements anormaux dans certains des paramètres géophysiques de la Terre, un saut dans les valeurs J coefficient 2 en particulier. Ce coefficient est déterminé en utilisant les mesures faites par le système laser allant de satellites américains. 

Le coefficient de J 2 démontre la dynamique du rapport entre les rayons équatoriaux et polaires de la Terre. Selon la NASA, le coefficient de J 2 a été en baisse depuis de nombreuses années serait due à la libération de l'eau de fonte du manteau depuis l'âge de glace. Cela a été le signe d'une augmentation du rayon de la Terre aux pôles et sa réduction à l'équateur. En attendant, de nouvelles données montrent que depuis 1998, le coefficient de J 2 a commencé à croître. Ce processus reflète la redistribution mondiale des masses de la Terre, ainsi que l'expansion de la Terre à l'équateur et son aplatissement aux pôles. Ainsi, un événement d'envergure mondiale est supposé avoir eu lieu en 1998, ce qui pourrait signifier à la fois la redistribution globale des masses terrestres et les changements mineurs de sa forme.

3. Mondial sur le changement du niveau des mers

Durant la période entre 1997 et 1999, les fluctuations du niveau des mers de l'Océan Indien, Pacifique occidental et central étaient en opposition de phase aux fluctuations du Pacifique Est et Océan Atlantique. Alors que le niveau du Pacifique Est et l'océan Atlantique a commencé à augmenter fortement à partir de 1997 avec un pic en 1998 (environ 3 cm), Le niveau de l'Océan Indien, Pacifique occidental et central a été la chute, avec un minimum 1998 (environ 3 cm). Le calendrier de ces processus a coïncidé avec l'anomalie J coefficient 2. En attendant, un article de BF Chao et autres (BF Chao et al., 2003) indique que même en considérant le modèle de l'impact possible de la redistribution des masses d'eau dans l'océan mondial, les effets réellement observés sur le J 2 coefficient est 3 fois supérieure à ces influences.

4. Mondial sur le changement de température dans la troposphère

Une anomalie, une croissance explosive de la température globale a été observée dans la troposphère en 1998.

5. Les grands séismes

Une analyse comparative des anomalies J 2 variantes et la dynamique du nombre de grandes M> 8 séismes entre 1980 et mai 2010 a révélé qu'à partir de 1997-1999, il ya eu une forte augmentation du nombre des grands séismes et les accidents mortels causés par eux selon à la loi exponentielle.

6. Les éruptions volcaniques

Une analyse comparative des éruptions volcaniques et les variations de J 2 a également montré que de 1997 à 1998 furent des années de moins profonde de l'activité volcanique, suivie par une forte augmentation de l'activité volcanique observée à ce jour.

7. Tsunamis

Depuis 1998, il a été observé un changement spectaculaire dans la tendance à la distribution statistique du nombre annuel de catastrophes, des tsunamis de taille moyenne et faible. Le «saut» dans les statistiques annuels numéros de tsunami, a été témoin depuis 1998 est décrite par les tendances exponentielles.

8. Inondations

Analyse de l'évolution du nombre de graves Etats-Unis inondations au cours des 100 dernières années permet de conclure qu'il ya eu une augmentation substantielle de cet indicateur depuis 1998.

Étude de la dynamique du nombre de notifications d'inondation dans le monde entier de 2002 à fin mai 2010 (selon le Système de détection d'inondation mondial, un système expérimental visant à fournir des alertes en cas de catastrophe des inondations) a montré une augmentation régulière du nombre d'inondations depuis 2005. Pendant ce temps, en comparant le nombre d'inondations saisonnières, de 2005 à mai 2010 (de Février à fin mai) pour la même période les années précédentes indique une augmentation constante du nombre d'inondations saisonnières d'année en année. En particulier, le nombre de notifications reçues déluge mondial pour la période entre Février 2010 et fin mai 2010 est supérieure à 2,5 fois plus élevés que les chiffres pour les mêmes périodes de 2002 à 2006 inclus.

9. Tornades

Allemagne a été donnée comme un exemple d'une forte augmentation du nombre de tornades depuis 1998. Il y avait des tornades 2,5 fois plus en Allemagne pendant 5 ans (entre 2000 et 2005) que sur les dix années précédentes. Une situation similaire peut être observée dans les Etats-Unis (Section 4.1.2).

10. Ouragans et tempêtes

Une hausse a été observée entre 1998 et 2007 au nombre de L'Atlantique Nord tempêtes tropicales, et cette tendance se poursuit aujourd'hui. Une augmentation du nombre total de Atlantique Bassin ouragans de 1944 à nos jours est observé aussi bien (section 4.1.1.).

11. Forêt les incendies

La dynamique du nombre annuel des Etats-Unis les feux de forêt de 1960 à 2007 révèle leur tendance à croître, avec le "surge" à partir de 1998 aussi bien. 

Une tendance similaire dans la dynamique des statistiques forestières feu est observée dans d'autres régions de la Terre. Par exemple, Le Kazakhstan en 1997 assisté à un «surge» sous la forme d'une forte augmentation du nombre de feux de forêt et les zones touchées par le feu.

Quant à la territoire des Est et Europe de l'Ouest et dans la CEI, il ya une tendance pour les chiffres annuels des feux de forêt de grimper aussi bien, avec la nature générale de leur dynamique décrite par une tendance exponentielle. Vers 1998, il a été observé une «montée en puissance» dans le nombre de feux de forêt.

12. Le rôle des facteurs naturels dans le changement climatique:

- Le rôle de l'activité volcanique de la Terre dans le changement climatique mondial est nettement plus élevé que suggéré dans les rapports du GIEC.

- Augmentation du dégazage du manteau pendant les périodes d'intensification de l'activité endogène de la Terre peut être l'un des principaux facteurs causant les changements de température mondiale. Ce processus se produit en raison des éléments suivants: nombre croissant d'éruptions volcaniques; augmentation de l'activité sismique et du taux de gaz entrant dans l'atmosphère par des failles profondes dans la croûte; gaz pénétrant en profondeur dans l'océan mondial et par la suite l'atmosphère en raison de l'intensification des processus de propagation. Tout cela devrait entraîner une hausse des émissions de gaz à effet de serre libérés par le manteau dans l'atmosphère.

- Un rôle important dans le changement climatique est attribuable aux changements globaux dans les paramètres du champ géomagnétique et de la magnétosphère, ce qui se réfère en particulier à l'augmentation de plus de 500% du taux de la dérive du pôle Nord magnétique et la réduction de l'intensité du champ géomagnétique. Aujourd'hui, l'impact des processus magnétosphériques sur le climat terrestre est considéré comme un fait scientifique prouvé.

- Le changement climatique mondial est aussi affecté par l'activité solaire, solaire variations constantes (flux de rayonnement solaire), en particulier, qui est aussi un fait scientifique prouvé.

En tant que résultat des études menées, une conclusion a été tirée sur le début de la soi-disant global »de l'énergie pic» dans l'énergie de notre planète qui se manifeste dans toutes ses strates: la lithosphère, l'hydrosphère, l'atmosphère et la magnétosphère. Le point de départ pour l'économie mondiale "pic d'énergie" est à peu près 1998. 

Le global «énergie pic» est explicitement reflétées dans les indicateurs statistiques envolée pour la grande majorité des catastrophes naturelles les plus dangereuses pour l'humanité: séismes, éruptions volcaniques, tsunamis, tornades, ouragans, tempêtes, inondations et incendies de forêt. 

Le rôle des facteurs naturels dans le changement climatique est beaucoup plus important que suggéré dans les conclusions du GIEC officiels. 

 

June , 2010 GEOCHANGE : Problems of Global Changes of the Geological Environement. Vol.1.London, 2010. ISSN 2218-579 8

18:08 Écrit par Eaglefeather dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : escroquerie, climatique, contrevirite, trahir, tromperie |

19/07/2011

Y aurait-il un changement en cours ?

Que doit-on conclure lorsque pour justifier le réchauffement, on nous lance sans cesse que les glaces de l’Arctique perdent de plus en plus de surface, et que durant cet été au vu des températures qui nous viennent du Grand Nord, sont très basses.

Durant cet hiver il fut relevé dans bien des ports nordiques, des épaisseurs record de glaces, notamment jusqu’à 80 cm dans le plus méridional d’entre eux.

Une chose semble se dégager des observations de ce dernier semestre, les températures restent trop fraîches par rapport aux normales saisonnières et ont tendance à se cantonner dans la partie nord-ouest de l’Europe, de la moitié Nord de la France, la Belgique, la Hollande et le Nord de l’Allemagne avec  la Norvège. En revanche les moyennes étaient en hausse pour tous les pays situés au sud des premiers, formant un croissant remontant vers la Russie et les Balkans.

Si une telle observation devrait perdurer, on aurait toutes les raisons de craindre une modification majeure dans la climatologie de l’hémisphère nord, et ainsi avoir de quoi alimenter les supputations à l’encontre d’un éventuel bouleversement de l’axe de rotation de la planète. 

13/03/2011

Moscou, le 10 mars 2011.

Serait-ce l'origine réelle du réchauffement global et d'autres problèmes que rencontre notre humanité ?

L’hypothèse émise et reprise en version simplifiée ci-bas sous le titre : " Serait-ce l'origine réel du réchauffement global, mais pas seulement ", ce dossier fait 71 pages, a été accepté et transmis à différentes Universités tant US que Russe. Le CNRS n'a pas donné suite à la demande, l’UCL et l’ULB ont décliné l’analyse.

La Russie a donné suite à cet envoi et voici une partie de leur réponse :  " Nous sommes heureux d'avoir à nouveau de vos nouvelles, Le dossier que vous avez transmis, à sucité bien des questionnements au sein de l'équipe et en particulier au Professeur. Il me charge de le qualifier de pertinent, que la simplicité de la thèse que vous y avez développé était tellement évidente qu'elle a échappé à toutes suppositions, de plus il met clairement en évidence que le sujet concerne bien d’autres domaines de la science, avec leurs applications et les contraint à une plus grande collaboration dans de nouvelles analyses conjointes, merci pour votre travail de recherche et de votre échange de confiance, …  Amicalement A. Galienko coordinateur au département du Pr H. Abdussamatov. "

06/03/2011

Aux septiques s'ils daignent voir clair !

latest_cmoll.gifL'image synoptique du jour démontre les zones de tempéraures.

On voit bien les zones les plus chaudes comme les pays bordants le Golfe de Guinée et s'étirant jusqu'au Soudan, et enfin l'Inde.

Il ne faut pas perdre de vue qu'actuellement c'est l'été dans l'Hémisphère sud.

Il n'empêche que l'Antarctique est dans une zone encore plus froide que celle de Arctique de -50 à -20°. Seul la côte de ce continent en regard à l'océan Atlantique est un peu plus chaude avec des températures de l'ordre de -15 à -2°. Il est soupçonné qu'il y ait dans cette région, des écoulement d'eau chaude provenant d'une importante fonte sousterraine de par la proximité de chambres magmatiques. L'épaisseur de la glace dans cette région peut varié de 4 à 8 km, autant dire que c'est une véritable chape dont le poid peut jouer un rôle dans l'épaisseur de la croûte terrestre par rapport au contact du manteau.

Et la glace fond ?

Des cargos bloqués en mer Baltique

AFP
05/03/2011

Une trentaine de cargos sont bloqués par une couche de glace exceptionnellement épaisse dans les eaux finlandaises du nord de la mer Baltique et plusieurs jours seront nécessaires pour les dégager, a indiqué samedi un porte-parole de l'autorité maritime finlandaise. "Les navires attendent l'assistance de brise-glaces en mer, à des endroits sûrs. Il y a actuellement environ 30 navires", a déclaré à l'AFP Ilmari Aro, un responsable de l'administration finlandaise chargée du trafic maritime.

Les navires, des cargos, se trouvent dans la partie finlandaise du Golfe de Botnie, la mer située entre la Suède et la Finlande, au nord du port de Pietarsaari (ouest), a-t-il indiqué.  Certains sont déjà bloqués depuis plusieurs jours mais en raison des mauvaises perspectives météo et des vents d'ouest, les équipages des bateaux pourraient voir leur attente se prolonger, les brise-glaces ayant eux-mêmes du mal à se déplacer. "C'est difficile à dire, mais probablement environ six jours", selon M. Aro.

Les alentours des ports finlandais de Kokkola, Raahe et Oulu sont les plus affectés, selon un communiqué de son administration.La couche de glace atteint dans les eaux finlandaises entre 10 et 15 mètres, a expliqué un porte-parole de l'Autorité suédoise du trafic maritime, dans une zone où le record mesuré est de 28 mètres.

21/02/2011

Aux obstinés de l'effet anthropique !

Pourquoi met-on des œillères aux ânes ? Tout simplement pour aller là où l'on veut qu'ils aillent sans dévier du chemin qu'on leur impose.

Ce qui présentement, est le cas avec le changement du climat, et sa cause principale, autrement dit, le CO² anthropique et les GES.

Mais une certaine tranche de l'humanité, se refuse toujours a voir et admettre qu'on l'a trompée et ce, malgré les signes de l'évidence, que renferme le grand livre d'histoire de notre planète, au travers des 4 éléments qu'elle abrite.

Seule bêtise que l'homme ait fait, c'est d'avoir manipulé le feu de la création, sans savoir le métriser et en a déréglé les équilibres, dès lors et de manière prématurée, il a précipité son destin.

16/02/2011

Risque potentiel accru et/ou vérité tronquée une fois de plus !

Depuis le 20 décembre 2010, nous assistons à la reprise de l'activité solaire et elle n'est pas prête à ménager notre bonne vielle Terre. A partir de cette date, plusieurs grosses éruptions solaires ont eu lieu, la dernière remonte à ce 15 février et nous atteint cette nuit. Ce vent solaire est issu en réalité d'une double éruption avec un intervalle de quelques heures, classées "X" c'est-à-dire très puissantes. Elles se sont rejointes et atteignent la vitesse de 1000 km/s la polarité n'est pas clairement définie, et le bombardement de particules a déjà commencé ce jour. Le plus fort de cette activité sera atteint ce jeudi durant la journée et devrait ensuite diminuer jusque vendredi, pour s'arrêté samedi matin.

Si entre temps il n'y en a pas une autre qui suit, car une autre est détectée en préparation, avec la localisation 1156 dans la même région mais cette fois, au nord de l'équateur solaire. Celle-ci devrait être aussi classifiée "X". Ce qui en deux mois ferait pas moins de 7 éruptions dont 4 "M" et trois "X", ça fait beaucoup pour une reprise d'activité du cycle dont le summum sera en 2013.

Serait-ce une ultime tentative de désinformation, je viens de lire dans la presse informatisée qu'il se pourrait n'y avoir aucune aurore boréale. C'est à se demander, ce que ça cache ce cinéma.

Le discrédit pour l'ORB, ou la vérité est cachée à  l'humanité ?