10/12/2013

Nouvelle cible des pro réchauffement anthropique, l'hi-tech !

 

Vu dans la Presse ce matin. Certains média mettent une photo d'une ville sous un épais brouillard, vive la manipulation de l'opinion publique, s'agit-il de particules fines du au trafic ou d'une tempête de sable.

"La photo montre, mais ce qu'elle en dit n'est que ce qu'on veut vous faire croire !"

Lundi, des chercheurs de l'Université de Toronto qui ont annoncé avoir détecté un nouveau gaz à effet de serre hautement résistant dans l'atmosphère. Le perfluorotributylamine  (PFTBA) est un gaz artificiel, utilisé notamment dans la fabrication d'équipements électriques et électroniques. Selon les analyses des chercheurs de Toronto, le PFTBA a l'effet radiatif le plus puissant de tous les gaz que l'on retrouve dans l'atmosphère.

Un impact de loin supérieur au CO2

Le PFTBA n'a pas été répertorié jusqu'à présent dans la famille des gaz à effet de serre persistant, dont est notamment issu le dioxyde de carbone (CO2), mais en comparaison, sur une période de cent ans, son impact sur le réchauffement climatique est de loin supérieur au CO2, avancent ces chercheurs.

Le même effet que 7.100 molécules de CO2

Une seule molécule de PFTBA dans l'atmosphère a le même effet que 7.100 molécules de CO2, remarque notamment Cora Young, une chimiste de l'Université de Toronto.

Aucun agent capable de l'éliminer

De plus, ce gaz a une très longue durée de vie dans la basse atmosphère avant de se dissiper dans les couches les plus élevées et on ne connaît aucun agent capable de l'éliminer, affirment les cinq scientifiques responsables de cette étude.

Ils préconisent une étude plus approfondie

D'après cette étude publiée dans la revue Geophysical Research Letters, le PFTBA s'inscrirait dans une nouvelle classe de gaz effet de serre persistants. Ils préconisent une étude plus approfondie pour établir leur impact réel sur le climat.

-------------------------------------------------------

Suspecte qu’est cette déclaration ! Voici pourquoi :

Selon l’article, « Ce gaz a une très longue durée de vie dans la basse atmosphère avant de se dissiper dans les couches les plus élevées … » ensuite « D’après cette étude publiée dans la revue Geophysical Research Letters, le PFTBA s’inscrirait dans une nouvelle classe de gaz effet de serre persistants.« et, « on ne connaît aucun agent capable de l’éliminer »

- Durée de vie très longue Dans une telle déclaration pourquoi n’y a-t-il pas suffisamment de preuve et plus encore une durée de vie de ce gaz, même approximative ?

- Persistance Alors que ce gaz reste cantonné dans la basse atmosphère où il a peu d’incidence sur le climat, il se dissipe dans la haute, où il n’a plus d’action sur le climat.

- Aucun agent capable de l’éliminer Pourquoi, puisqu’il se dissipe de lui-même.

Trop de controverses dans cette déclaration pour qu’elle soit entièrement honnête et impartial.

Il semble que les pro du réchauffement anthropique ne savent plus quoi trouver pour justifier leur errance face à la montée de preuves de plus en plus évidentes que le phénomène ait une origine plus naturelle qu’humaine. Visiblement, ils ont trouvé un nouveau créneau à responsabiliser, la technologie électronique (hausse de prix et rendre inaccessible).

Ne perdez surtout pas de vue que le réchauffement est un « business ». Il a été instauré pour vous faire « peur » et vous « contraindre » à investir et a payer du « vert » et du « durable » qui, il faut bien se rendre à l’évidence, reste hors prix, et n’est pas toujours moins polluant.

Je n’ai jamais dit non plus que nous n’y avons pas contribué, mais pas du tout dans les proportions qu’on s’évertue à nous imposer de croire !!


Précision importante : apportée dans un commentaire qui malheureusement est terni par une insulte gratuite et adressée à la mauvaise personne vu que cet article est issu de la Presse nationale et internationale. Dommage.

"La perfluorotributylamine, (nom féminin comme pour toutes les autres amines) n'est pas un gaz. C'est un liquide doté d'un point d'ébullition élevé (180 °C environ). C'est un liquide lourd : densité : 1,883. Il n'a donc aucune tendance à s'évaporer, sauf en le chauffant très fort, on ne voit pas très bien où en est l'utilité. Mais, si on arrive à le faire passer à l'état de vapeur, il ne pourra jamais s'élever dans l'atmosphère du fait de sa masse molaire : 671 g qui fait qu'il est 23 fois plus lourd que l'air !

On peut donc être tout à fait tranquille : ce produit ne deviendra jamais un gaz à effet de serre important, même avec un pouvoir 7000 fois plus élevé que celui du CO2."

Complément :

La volatilisation à partir de l'eau / sol:
De la constante de la loi de Henry pour perfluorotributylamine est estimée comme 5.5X10 4 atm-cu m / mole (SRC) en utilisant une méthode d'estimation de la constante de fragment (1). Cette loi de Henry constante indique que perfluorotributylamine devrait se volatiliser rapidement des surfaces d'eau (2). Sur la base de la loi de cette constante de Henry, la demi-vie de volatilisation d'une rivière de modèle (1 m de profondeur, coulant 1 m / s, vitesse de vent de 3 m / s) (2) est estimée à 2,6 heures (SRC). La demi-vie de volatilisation d'un lac de modèle (1 m de profondeur, écoulement de 0,05 m / s, la vitesse du vent de 0,5 m / s) (2) est estimée à 10 jours (SRC). Cependant, la volatilisation à partir de surfaces d'eau devrait être atténué par adsorption sur les matières en suspension et les sédiments dans la colonne d'eau. La demi-vie de volatilisation estimée à partir d'un étang de modèle est 4.1X10 quatre années si l'adsorption est considéré (3). Henry la constante de perfluorotributylamine indique que la volatilisation à partir de sols humides peut se produire (SRC), mais ce sera atténuée par adsorption. Perfluorotributylamine ne devrait pas se volatiliser à partir des surfaces de sol sec (SRC) sur la base d'une pression de vapeur de 0,552 mm Hg (4).
[(1) Meylan WM, Howard PH; Environ Toxicol Chem 10: 1283-93 (1991) (2) Lyman WJ et al; Handbook of Chemical Property Estimation Methods. Washington, DC: Amer Chem Soc pp. 15-1 to 15-29 (1990) (3) US EPA; EXAMS II Computer Simulation (1987) (4) Riddick JA et al; Organic Solvents: Phys Prop Methods Purification. Techniques of Chemistry, 4th ed. NY, NY: Wiley-Interscience p. 1324 (1986)] **PEER REVIEWED**

03/12/2013

Cri de désepoir, des mytomanes scientifiques du réchauffement !

Vu dans la Presse ce 2 décembre 2013 source RTL-Info.be

Climat: le futur nous réserve des phénomènes extrêmes

La température globale du continent européen augmentera de 1 à 5°C d'ici la fin du siècle, avec un réchauffement plus rapide en Europe du sud en été et plus rapide dans le Nord et l'Est en hiver, selon la centaine de simulations menées depuis 3 ans dans le cadre de ce projet Euro-Cordex.

Plus précis que le Giec

Ce travail, mené en parallèle par 27 instituts de recherche, vise à "préciser les projections" réalisées dans le cadre de la rédaction du dernier rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) en les ramenant "à l'échelle des impacts du changement climatique et des mesures d'adaptation pouvant être prises par les responsables politiques et les industriels", explique à l'AFP Robert Vautard, spécialiste des simulations climatiques au Centre national français de la recherche scientifique (CNRS).

 A 12 km près

"Les projections du GIEC ont une résolution de l'ordre d'un point tous les 100 à 200 km. Elles ont l'avantage d'être globales mais ne peuvent pas répondre à toutes les interrogations", comme les phénomènes de pluies intenses, ajoute le chercheur. Le programme a donc consisté à décliner les modèles globaux à des échelles plus serrées -jusqu'à des mailles de 12 km pour les plus précises- permettant ainsi de "zoomer" sur le continent européen et essayer de mieux anticiper la météo du futur.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Constat :

Cela reste "des simulations", tout comme les modèles de météorologie, ils n'ont "AUCUNE" certitude, ce ne sont "que" des prévisions avec leur aléa. De plus le changement du climat est très loin d'être global, et permanent en témoignent les photos (webcams) et relevés ci-dessous (à venir). Il ne faut pas perdre de vue aussi que les normes saisonnières que l'on nous sert habituellement ne peuvent être un critère de fiabilité vu qu'elles sont basées sur des normes de il y a à peine 20 ans alors que l'on constatait le début de  ce changement climatique, ce qui implique la fausseté de ces dites simulations. Depuis lors il est observé un arrêt de cette hausse des températures, mais une frange de scientifiques dont le GIEC fait partie, liés à des lobbys, ne veulent pas l'admettre de peur de perdre toute leur crédibilité, vu qu'ils ont incité des gouvernements à élaborer des actions politiques sur cette base climatique, en les ayant poussé à créer de nouveaux enjeux et investissements financiers colossaux, qu'ils ne veulent pas perdre.

Manipulation évidente de la réalité par les médias !

Lors de la conférence de Stockholm de septembre dernier, un exposé a été passé sous silence par les médias. Une constatation et non une projection, montrait que depuis 1998 la température de surface de la terre n'a évolué qu'au rythme de 0,05° C par décennie, alors que le régime de croisière depuis 1951 était de 0,12°C et que les projections prévoyaient pour les 10 années écoulées une augmentation de 0,21°C, soit 4 fois plus que ce qui est constaté, alors que les rejets de CO² eux, ne cessent d'augmenter !!

(Cliquez sur les images pour les agrandir)

Températurescanular,climat,contrevirite,manipulation,mensonge,mystification

 

 

 

 

 

 

canular,climat,contrevirite,manipulation,mensonge,mystificationTarnaby (Fjord nord-ouest Suède)

 

 

 

 

 

 

 

canular,climat,contrevirite,manipulation,mensonge,mystificationZermatt (Suisse, en arrière plan le Mont Cervin)

 

 

 

 

 

 

Ce qu'on vous cache, ce sont les anomalies constantes dans la Ionosphère en voici le cliché du jour, il provient du Jet Propulsion Laboratory de la NASA. Les deux images montrent le TEC (Total Electron Content).

canular,climat,contrevirite,manipulation,mensonge,mystification

 

 

 

 

 

 

 

Et celui de l'IPS australien

canular,climat,contrevirite,manipulation,mensonge,mystification

19/10/2013

Le nouveau fantasme de Monsieur Nollet, ou nouvelle arnaque après celle du voltaïque !

 

"L'éolien va faire gagner un milliard à la Wallonie" ! Cette déclaration émane du Ministre J-M Nollet (Ecolo Belgique). 

 

L'éolien peut faire gagner un milliard d'euros à la Wallonie, a estimé le ministre de l'Energie Jean-Marc Nollet qui a accordé une interview à L'Echo. "La Région wallonne veut produire 3.800 GWh (gigawattheure) d'ici 2020 avec des éoliennes. Le coût cumulé en 2035 est de 3,165 milliards d'euros avec un certificat vert à 1 euro. Pour le gaz, si on part de l'hypothèse que son prix sera indexé de 2% par an, on arrive à un coût de 3,835 milliards d'euros", souligne le ministre wallon.

"Le dieu Eole gagne sur le dieu Hadès"

"Il faut par ailleurs rajouter le coût du CO2. A 4 euros la tonne de CO2, le coût du gaz progresse de 122 millions d'euros, à 3,950 milliards d'euros. C'est très clair, l'éolien permet de dégager un bénéfice entre 800 millions (avec certificat vert à 0,9 euros) et 548 millions d'euros (avec un certificat vert à 1 euro). L'écart est encore plus important si on prend un coût du CO2 à 10 euros la tonne. Certaines projections vont même à dire que la tonne pourrait s'échanger à 50 euros en 2020. Cela dégage donc un bénéfice entre 1,9 milliard d'euros (avec un certificat vert à 0,9 euro) et 1,6 milliard (avec un certificat vert à 1 euro) pour l'éolien en 2035", précise encore Jean-Marc Nollet qui souligne qu'à long terme, "l'éolien fait gagner 1 milliard (avec un coût de la tonne de CO2 entre 4 et 15 euros)."Le dieu Eole gagne sur le dieu Hadès", a-t-il conclu.

Source RTL-Info.be

Utopie aurait-on envie de crier. Comment peut-on être aussi obnubilé à ce point tout en étant ministre et avoir à gérer à bon escient l'argent des contribuables. Pourquoi obnubilé me diriez-vous ? Au vu du contenu de l'article ci-dessous, "http://les-verites.skynetblogs.be/archive/2013/10/14/le-c..." on ne peut que s'interroger quant aux motivations réelles ou plutôt, l'entêtement, de la part des ministres. Surtout que pour qu'il soit compétitif, l'éolien devrait couvrir l'ensemble du territoire (autorisations urbanistiques impossibles, de plus l'infrastructure de distribution devrait être rénovée, et suivant des études de faisabilité, il devrait y avoir un apport supplémentaire d'énergie. Autant dire que le peu de bénéfice engrangé serait aussitôt absorbé par des dépenses pharaoniques.

Ce qui mène à constater que les évaluations de rentabilité de Monsieur Nollet, relèvent plus du fantasme que de la réalité, car elles sont identiques à celles dont on nous bombarde pour le gaz de schiste, or le déplacement très fréquents des sites de forage, d'où un coût exorbitant, la faible capacité à l'extraction due à une surévaluation des gisements, sans parler de la pollution des nappes phréatiques donc l'eau devient impropre à la consommation.

Petit rappel.

Ce même ministre après avoir poussé la population vers le photovoltaïque avec des incitants à la clé, l'a en 2012, grugé en supprimant les certificats verts alors que ce domaine était en pleine expansion et en faisant payer l'insertion des excédents d'électricité produits par les particuliers. Sur le premier semestre 2013, la quasi-totalité des entreprises ayant pour activité l'installation de voltaïque, ont été contrainte de fermer boutique, plus de travail !! Résultat final un désastre financier dantesque avec 3 milliards d'euro de déficit pour le budget du pays.

11:56 Écrit par Eaglefeather dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : arnaques, manipulation, mensonge, mystification, escroquerie |

21/08/2013

Maintenant ce sont les scientifiques du GIEC qui subiraient des pressions ??

« Le rapport final pourrait minimiser le facteur humain ! »

La responsabilité humaine dans le réchauffement climatique fait peu de doute. C’est la conclusion du dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), dont un résumé a filtré dans des médias mardi. Mais ce rapport n’en est qu’au stade de projet. Un climatologue américain craint que sa version finale ne soit édulcorée en raison de pressions multiples.

« Il est hautement probable que l’influence humaine sur le climat soit responsable de plus de la moitié de la montée des températures à la surface du globe entre 1951 et 2010″, écrit le GIEC dans ce document obtenu notamment par le New York Times. « Il y a un degré élevé de confiance pour dire que cela (l’influence humaine) a engendré le réchauffement des eaux océaniques, fait fondre la neige et la glace, et fait monter les océans », ajoute le GIEC, selon qui le niveau des eaux pourrait augmenter de 90 centimètres d’ici 2100.

Déjà des catastrophes

« Les scientifiques sont de plus en plus persuadés, comme le montrent des indications scientifiques de plus en plus solides, que nous sommes principalement responsables, non seulement du réchauffement de la planète, mais aussi des nombreuses conséquences que nous constatons déjà comme des inondations plus importantes, des feux de forêts plus ravageurs, une fonte record des glaces et des vagues de chaleur plus fréquentes et plus intenses », a indiqué le climatologue américain Michael Mann.

Le rapport pourrait être édulcoré

Le langage employé par les experts du GIEC est plus fort que celui du précédent rapport officiel de l’ONU, publié en 2007. Le porte-parole du GIEC, Jonathan Lynn, a expliqué dans un communiqué que « le projet de rapport sera probablement modifié pour prendre en compte des commentaires des différents pays reçus ces dernières semaines et sera examiné par des représentants gouvernementaux et des scientifiques lors d’une réunion de quatre jours fin septembre avant d’être approuvé ». « Il est donc prématuré de tirer des conclusions de ce projet de rapport », souligne-t-il. Michael Mann, qui est directeur du Centre des Sciences de la Terre à l’Université de Pennsylvanie aux Etats-Unis, dit craindre que la version finale soit plus édulcorée. « Les scientifiques qui participent à l’élaboration du rapport du GIEC pourraient craindre, s’ils sont trop brutaux quant aux impacts futurs du réchauffement, de déchaîner les attaques des climato-sceptiques », ajoute-t-il. « Je pense que ces pressions, couplées à la réticence naturelle des scientifiques à tirer des conclusions trop tranchées, font que le rapport final du GIEC pourrait minimiser le facteur humain dans le changement climatique », craint ce climatologue.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Quelles pourraient être les raisons que cette information soit insensée et mensongère, poussant le GIEC à se faire passer pour victime, alors que jusqu’ici, quiconque n’étant pas en accord avec le contenu de ses rapports, ses objectifs, et ses recommandations, était directement évincé, banni de la sphère scientifique et discrédité ? - L’absence totale de prise en compte et une omission volontaire du facteur naturel, terrestre ou galactique, dans les données servant de bases aux différents rapports.

- Les quantité de méthane se dégageant des tourbières, notamment nordiques que la fonte glacière découvre et laisse échapper ce GES. N’est pas plus pris en compte, l’augmentation des séismes notamment les plus forts, qui favorise le relâchement de ce gaz dans l’atmosphère, la fracturation hydraulique non plus, or l’augmentation du nombre de puits n’est plus un secret. Les tourbières émettent entre 70 et 90% du total des émissions de GES, le méthane pour 20 à 40% des émissions totales de méthane. Chaque perte de 1% de carbone tourbier équivaut entre 30 et 60% des émissions annuelles de carbone fossile.

Petit rappel, « tous » les GES ont vu leur coefficient, « converti » en CO2 (unité de conversion), ce qui fait du CO2 le principal responsable suivant les rapports, ce qui est faux ! D’autant plus que le coefficient du méthane est 20x plus élevé que celui du CO2.

19/07/2011

Y aurait-il un changement en cours ?

Que doit-on conclure lorsque pour justifier le réchauffement, on nous lance sans cesse que les glaces de l’Arctique perdent de plus en plus de surface, et que durant cet été au vu des températures qui nous viennent du Grand Nord, sont très basses.

Durant cet hiver il fut relevé dans bien des ports nordiques, des épaisseurs record de glaces, notamment jusqu’à 80 cm dans le plus méridional d’entre eux.

Une chose semble se dégager des observations de ce dernier semestre, les températures restent trop fraîches par rapport aux normales saisonnières et ont tendance à se cantonner dans la partie nord-ouest de l’Europe, de la moitié Nord de la France, la Belgique, la Hollande et le Nord de l’Allemagne avec  la Norvège. En revanche les moyennes étaient en hausse pour tous les pays situés au sud des premiers, formant un croissant remontant vers la Russie et les Balkans.

Si une telle observation devrait perdurer, on aurait toutes les raisons de craindre une modification majeure dans la climatologie de l’hémisphère nord, et ainsi avoir de quoi alimenter les supputations à l’encontre d’un éventuel bouleversement de l’axe de rotation de la planète. 

07/03/2010

Sommes-nous réellement encore coupables ?

 

 

 

 

Ces trois dernières années les abords septentrionaux du continent Antarctique subissent directement l'influence d'une hausse de l'activité sismique et principalement volcanique sous-glaciaire. Entraînant par conséquence une augmentation de la température et donc une fonte prématurée de la banquise. Cette activité peu être indétectable de par la couche imposante de glace qui recouvre ce continent, pouvant aller de 3 jusqu'à 8 km d'épaisseur, obligeant la chaleur ainsi dégagée, à s'écouler par le dessous.  Ce phénomène s'observe grâce aux images du satellite du SSEC le démontrant avec pertinence. Sur toute la surface du continent on observe des valeurs thermiques allant de -55 à – 20°C, alors que sur la bande côtière décrite ci-avant, les valeurs ne dépassent guère les  -10 à 0°C sur une distance de 3000 km et qu'à proximité de la pointe sud du continent sud américain. (Voir image ci-dessous).

Ne perdons pas de vue que cette région, n'est en fait que la continuité de la chaîne des Rocheuses et plus près d'elle la Cordillère des Andes, qui comme tout le monde le sait connait ces derniers temps, un regain d'activité non négligeable.

Alors deux questions s'imposent quant à la fonte des glaces de l'Antarctiques suite au réchauffement climatique, en est-ce vraiment la cause, la réalité n'est-elle pas ailleurs que là où on nous fait une fois de plus, porter le chapeau. Certes, nous avons une part de responsabilité, mais est-elle aussi conséquente que le sous-entend le GIEC.

latest_cmoll


16/02/2010

Une regrettable erreur de plus, ça fait beaucoup trop

Le Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC) a admis dimanche avoir hâtivement estimé que 55% du territoire des Pays-Bas se trouvait sous le niveau de la mer, précisant qu'il s'agit en fait des terres "risquant d'être inondées".

Le gouvernement néerlandais avait annoncé le 5 février qu'il allait demander des "éclaircissements" au GIEC après que ce chiffre, inexact selon La Haye, avait été révélé dans la presse.

Il figurait dans une phrase du quatrième rapport du groupe d'experts, publié en 2007, qui avait déjà été critiqué pour avoir prévu que les glaciers de l'Himalaya auraient fondu "d'ici 2035, voire avant". Le GIEC avait reconnu "une regrettable erreur".

A propos des Pays-Bas, le GIEC reconnaît que le chiffre de 55% concerne la portion "des Pays-Bas risquant d'être inondée", selon une note transmise à l'AFP, qui ajoute que cela ne remet pas en cause la conclusion globale du rapport.

Le groupe d'experts onusien refuse néanmoins d'endosser l'erreur: selon lui, le chiffre lui avait été fourni par un organe gouvernemental, l'Agence néerlandaise d'évaluation environnementale, "que le GIEC considère comme un source scientifique digne de confiance".

Plusieurs publications du gouvernement néerlandais lui-même utilisent d'ailleurs cette estimation, relève-t-il, en donnant l'exemple d'un document du ministère des Transports.

Le GIEC explique que les 55% correspondent en réalité à la portion de territoire se trouvant sous le niveau le plus élevé de la mer lors de tempêtes. Ils représentent aussi la surface totale du pays risquant d'être inondé par de l'eau de mer ou de rivière, y compris les estuaires, selon le GIEC.

Un porte-parole du ministère néerlandais de l'Environnement avait affirmé que la rectification de ce chiffre avait été "mise plusieurs fois à l'ordre du jour", mais en vain. Il avait aussi regretté "un non-respect de la procédure" par le GIEC.

Le rapport du GIEC fait autorité dans le monde en matière d'évaluation du réchauffement climatique et de ses impacts.

26/01/2010

Parenthèse : Sismologie

     Un recensement de l'activité sismique vient de ce terminer pour l'année 2009. Il en ressort qu'au cours de cette année, il est observé une baisse du nombre de séismes, mais qu'en revanche leur intensité a quant à elle considérablement augmenté.

     Ces chiffres reflêtent la tendance mondiale dans son ensemble, à l'exception de la partie Ouest de l'Océan Pacifique et plus particulièrement le Sud-Oest (Polynésie, Indonésie, etc.).

     Quant à 2010 le début de cette année, laisser présager une activité plus importante tout le long de la façade Pacifique Est et la péninsule californienne n'y est pas exclue et d'autant plus fragile. Mais aussi à l'Est de la Méditerranée principalement la Turquie avec Istambul et la région d'Izmir, voire le sud de l'Italie.

     Ces dernières informations découleraient d'une étude portant sur les derniers mouvements de la croûte terrestre durant les six mois passés et de l'enregistrement des données sur différents site de placements de sismographes de par le monde. Il apparaîtrait aussi que certaines caldeira, même très anciennes se seraient soulevées de quelques 1cm jusqu'à 3 cm, voire 8,5 cm au cours des six derniers mois de 2009 pour celle de Yellowstone pourtant habituée à ses 6 à 7 cm annuels.

 

24/01/2010

Une "regrettable erreur" qui jette le discrédit sur la légitimité du GIEC.

Ce "Groupe  Intergouvernemental d'Experts du Climat" vient de reconnaître que les conclusions du 4e  rapport du GIEC  en 2008, contenaient une "regrettable erreur".

                En effet, les conclusions indiquant notamment que les glaciers de l'Himalaya, pourraient avoir disparus d'ici 2035 voire avant sont une regrettable erreur, à reconnu le Président du GIEC, l'indien Rajendra Pachauri. Ces conclusions, émanent d'une étude qui n'a pas subi l'examen critique des scientifiques du groupe, déclare le Sunday Times. Autre déclaration fracassante à ce quotidien, celle du Professeur J.-P. Van Ypersele climatologiste à l'UCL et vice-président du GIEC, "les éléments de preuve allaient être réexaminés".

                Chose plus troublante dans cette mésaventure, et qui laisse supposé une manipulation supplémentaire de l'information dans le chef du GIEC. Pour rappel, il déclarait employer 2000 chercheurs, alors pourquoi au moins deux scientifiques qui avaient émis des doutes sur ces conclusions et sorti une note, toutes deux publiées en 2008, expliquant "il n'y a pas de preuves suffisantes pour faire un lien entre le réchauffement climatique et les catastrophes naturelles", puissent à eux seuls, faire capoter le travail de 1998 autres chercheurs ?

                N'oublions pas non plus, que ce même rapport affirme également que les catastrophes naturelles telles les inondations des côtes, les ouragans, sont liées au réchauffement climatique.

                Il est arrivé le temps où le monde entier s'aperçoive qu'i l n'est dès lors plus permis de croire en la véracité de toutes les conclusions qui émanent de cette organisation.

                Ce discrédit risque de coûter très cher aux Etats, donc à nous, les investissements faits pour les politiques de l'environnement imposées ou suggérées par cette organisation. Sans compter la mobilisation et surtout la culpabilisation des populations. Depuis quelques temps le super navire GIEC subissait des attaques répétées, par des déclarations, des fuites, remettant en causes son objectivité, ici c'est carrément de l'auto-torpillage.

22/12/2009

Une preuve de plus que ce qui concerne notre pleine responsabilité, n'est que supercherie

En jouant dans la boue, Pierre Francus a pu ajouter son petit grain de sel à un projet qui n'a rien de

vaseux : la plus lon­gue reconstitution «haute résolution» du climat arctique jamais effectuée.

 

                Le sédimentologue de l'Institut national de la recherche scientifique - Eau, Terre et Environnement (INRS-ETE) a en effet participé à une vaste étude sur la température de l'Arctique au cours des 2000 dernières années, dont les résultats ont été publiés dans la revue Science en septembre. Sous la gouverne du climatologue Darrell S. Kaufman, de la Northern Arizona University, des spécialistes de six pays nordiques (Canada, États-Unis, Norvège, Danemark, Grande-Bretagne et Finlande) ont étudié des échantillons de sédiments lacustres, de cercles de croissance des arbres et de carottes de glace provenant d'une vingtaine de sites autour du pôle.

                               Conclusion : non seulement la température augmente-t-elle rapidement en Arctique depuis un siècle, mais encore ce réchauffement survient-il malgré une tendance générale au refroidissement qui a lieu dans le Grand Nord depuis des millénaires. «Cette tendance, on la connaissait parce qu'elle est une conséquence de la théorie plus générale de Milankovitch, qui fait que l'insolation est de plus en plus faible dans l'hémisphère Nord, et particulièrement dans l'Arctique», dit M. Francus.

Cycles astronomiques

                Ce Milankovitch (1878-1958), Milutin de son prénom, était un ingénieur et mathématicien serbe qui a découvert des cycles astronomiques ayant une influence sur le climat. Notamment, avait compris Milankovitch, de subtils changements dans la forme de l'orbite terrestre (cycle de 400 000 ans), l'angle de son axe de rotation (qui oscille entre 22,1 degrés et 24,5 degrés aux 41 000 ans) et la direction vers laquelle pointe cet axe (qui décrit un cercle tous les 26 000 ans) peuvent accentuer ou affaiblir pour la peine la différence entre les saisons.

Par exemple, quand l'hiver dans l'hémisphère Nord coïncide avec le moment où la Terre traverse l'endroit de son orbite le plus éloigné du Soleil, la saison froide sera en moyenne plus rigoureuse - et l'inverse se produira également dans l'hémisphère Sud. Idem quand la Terre est plus penchée.

                Mis ensemble, dit M. Francus, ces cycles font en sorte que «la quantité d'énergie que l'Arctique reçoit du Soleil diminue de manière régulière depuis environ 8000 ans». Les «archives naturelles» étudiées par Kaufman et al. ne couvrent que les deux derniers millénaires, mais c'est déjà mieux que les 400 ans du dernier relevé climatologique «haute définition», et ces données confirment la tendance.

Tendance claire

                Elles ont permis d'évaluer que l'énergie solaire parvenant à l'Arctique a graduellement diminué d'environ six watts par mètre carré (W/m2) depuis l'an 0 au nord du 65e parallèle; pour fin de comparaison, notons que le GIEC estime à environ 168 W/m2 l'énergie solaire se rendant jusqu'au sol en moyenne sur le globe. Cela s'est traduit par un refroidissement moyen de 0,22 °C par millénaire. Il y a bien eu, certes, des écarts entre les régions, mais la tendance générale demeure claire.

                Les deux sites étudiés par M. Francus (deux lacs de l'île Ellesmere), par exemple, ne montrent pas un refroidissement sur 2000 ans, mais une température stable jusque vers 1900, à la suite de quoi l'actuel réchauffement planétaire se manifeste avec force. Pour le mesurer, notre chercheur a analysé des varves provenant des deux sites, c'est-à-dire les couches de sédiments qui se sont déposées été après été au fond des lacs. «L'idée, explique-t-il, c'est que pour qu'une varve soit plus épaisse, il faut qu'il y ait eu plus de sédiments charriés par l'eau de fonte des glaciers, donc qu'il y ait eu plus de fonte, et donc qu'il ait fait plus chaud.»

                Entre l'an 0 et 1900, les varves annuelles de Pierre Francus mesuraient en moyenne 0,4 mm d'épaisseur, mais faisaient 0,8 mm après 1900. Du simple au double. Et de manière plus générale, les indicateurs analysés par l'équipe de Darrell S. Kaufman montrent un redressement des températures arctiques d'environ 0,7 °C en 1950 et de 1,4 °C au cours de la dernière décennie - et ce, même si les cycles de Milankovitch auraient normalement dû poursuivre le refroidissement du Grand Nord jusqu'à nos jours!