26/06/2014

Au sein même de l’ONU, le ton change pour le « changement climatique » El Nino serait "le" responsable !

Relevé aujourd’hui dans la presse officielle, c’est dire que les élucubrations du GIEC, basées « que » sur des modèles arithmétiques apparaissent de plus en plus comme des absurdités. Ils ont oublié, que le climat, les cycles mais aussi l’ensemble de tout l’univers sont régis par des lois qui ne correspondent pas forcément à « nos » mathématiques de nanoscopique poussière d’humain. Qu’en connaissons-nous, de cet univers à votre avis ? RIEN, NADA, QUEDAL, CHNOLE, … .
Dès lors, si on se réfère à toutes ces déclarations c’en reviendrait à dire qu’El Nino proviendrait de nos émissions de CO2 ! Là alors c’est vraiment nous prendre pour de sombres crétins.

Article :

« Les météorologues donnent l’alerte: le monde doit se préparer à un phénomène aux effets dévastateurs
La probabilité que survienne un phénomène El Niño, un grave épisode météo se traduisant par des sécheresses et des inondations, a grimpé à 80% pour la fin de l’année, a annoncé jeudi l’OMM (Organisation météorologique mondiale), une agence de l’ONU basée à Genève.

« Le monde doit se préparer à un nouvel épisode El Niño » car « la probabilité que survienne un véritable épisode El Niño atteint 60% en juin et août et 75 à 80% pour la période octobre-décembre », a indiqué l’OMM dans son bulletin d’informations. « De nombreux gouvernements ont déjà commencé à se préparer pour l’arrivée d’El Niño », ajouté l’OMM, qui précise toutefois s’attendre à une intensité plutôt « modérée » du phénomène, et non pas « faible » ou « forte ».

Une incidence majeure sur le climat mondial

El Niño est un phénomène météo qui a « une incidence majeure » sur le climat mondial, rappelle l’OMM. Ce phénomène, qui se manifeste par une hausse de la température de l’Océan Pacifique et des perturbations météo majeures, surgit « tous les 2 à 7 ans » (notamment 1982-1983, et à l’été 1997) Le dernier épisode en date remonte à 2009-2010 et la facture est à chaque fois plus lourde. Les victimes humaines se comptent en effet par milliers, les dégâts économiques en dizaine de milliards de dollars et les pertes écologiques concernent des espèces et des territoires entiers. En 1982-1983 les sinistres couverts par les assurances (mais seuls les pays riches sont assurés) étaient évalués à 13 milliards de dollars. En 1997-98, El Niño a fait 23.000 victimes et provoqué entre 34 et 46 milliards de dollars de dégâts.

Sa probable résurgence à la fin de l’année affecte déjà certains marchés liés aux matières premières, notamment agricoles.

Un pic attendu au 4è trimestre

L’OMM a constaté que les températures dans le Pacifique tropical ont récemment augmenté pour « atteindre des niveaux correspondant à une anomalie El Niño de faible intensité ». Le Pacifique tropical « devrait continuer à se réchauffer dans les mois à venir, avec un pic attendu au 4è trimestre ».

Le phénomène El Niño attendu devrait connaître « son apogée au 4è trimestre et persistera jusqu’aux premiers mois de 2015, avant de se dissiper ». L’organisation publique française FranceAgriMer a lancé en juin un avertissement sur les possibles « effets dévastateurs » d’El Niño sur les récoltes de blé en Australie.« 

Le phénomène El Niño attendu devrait connaître « son apogée au 4è trimestre et persistera jusqu’aux premiers mois de 2015, avant de se dissiper ». L’organisation publique française FranceAgriMer a lancé en juin un avertissement sur les possibles « effets dévastateurs » d’El Niño sur les récoltes de blé en Australie.

Une chose est sûre, c’est qu’il est de plus en plus observé de par les océans, des anomalies thermiques, correspondant pour la plupart à des systèmes de failles actives dans le plancher océanique. Malheureusement c’est le seul endroit qui permet une identification concrète de ses sources de chaleur, car sur les continents, on les confondrait avec « nos » très multiples sources de chaleur.

Source de l’article : RTL Info.be, MSN/M6.fr/finances

15/06/2014

22 raisons permettant de douter des déclarations du GIEC.

Selon le discours officiel du GIEC, « "La" science a parlé », et tout opposant, voire sceptique est passible d’être banni ou exclu. Car il faut faire vite, et cela fait plus de 20 ans que l’on nous rabâche les oreilles, qu’il y a extrême urgence et que la Planète ne pourra plus être sauvée d’ici trois à cinq ans, que la Planète risque de devenir une " poêle à frire "si nous ne réduisons pas drastiquement nos émissions de CO2, à n’importe quel prix, même au prix de la décroissance, de la misère et de la ruine de nos économies.

Or, toute personne ayant une assez bonne culture scientifique, et qui se donne la peine de travailler la question, en arrive très vite à la conclusion que les thèses du GIEC sont fausses, pour nombre de raisons, dont voici une liste non exhaustive.

1. La TMAG (température moyenne annuelle globale) est stable depuis 1997, malgré une augmentation continue du taux de CO2 : .comment alors soutenir un rapport de causalité entre croissance de concentration du gaz carbonique et température ?

2. Les émissions humaines de CO2 depuis 1997 représentent 40% de ce que l’homme a envoyé dans l’atmosphère depuis le début de la Révolution industrielle. Or, on vient de le voir, pendant cette période, la température s’est stabilisée. Comment alors soutenir un rapport de causalité entre émissions anthropiques de CO2 et augmentation de la TMAG [1. Depuis 1880, la seule période de co-variation entre la TMAG et la teneur en CO2 fut 1978-1997. De 1910 à 1940 la TMAG a progressé au même rythme que 1978-1997 alors que les émissions étaient insignifiantes. De 1950 à 1978, alors que les émissions de CO2 s'envolaient, la TMAG a baissé. L'analyse des carottes de Vostock montre que c'est la hausse de la température qui fait augmenter le CO2 dans l'atmosphère (par dégazage) et non l'inverse. Ce processus est toujours valable de nos jours, même pour de petites variations de température (le retard du CO2 étant alors de quelques mois).] ? 

3. D’autant que la part anthropique du CO2 atmosphérique n’est que d’environ 5% (analyse isotopique) au lieu de 25-30% constamment annoncé.

4. La durée de vie du CO2 dans l’atmosphère est en moyenne de 5 - 6 ans, et non de 100 ans. 

5. Les variations de la TMAG se font de manière sinusoïdale, avec une période de 60 ans qui correspond aux mouvements du soleil par rapport au centre de gravité du système solaire. Nous venons de franchir le sommet de la sinusoïde, et donc les prochaines années devraient se refroidir, comme ce fut le cas après 1950.

6. Il y a un phénomène de saturation du CO2 sur une épaisseur optique de dix mètres environ. Si vous prenez une source d’IR à large spectre (corps chauffé à 1000°C, par exemple), et que vous mesurez avec un spectromètre le spectre restant après la traversée de quelques mètres d’atmosphère, vous verrez que les bandes du CO2 (4,3 et 15 microns) ont été entièrement absorbées. Donc l’atmosphère au-dessus de quelques dizaines de mètres ne voit plus les bandes d’absorption du CO2, et donc, le rajout de CO2 ne change plus rien, si ce n’est que l’épaisseur optique diminue. C’est cela le processus de saturation du CO2 atmosphérique, confirmée par les satellites, qui ne « voient » quasiment plus les bandes du CO2.

7. Dans le passé (Carbonifère), le taux de CO2 a été 25 fois supérieur au taux actuel, pourtant il n’y a pas eu d’emballement des températures, ce fut grâce au processus de saturation. Pourquoi nos misérables émissions de CO2 auraient-elles à soudainement un impact cataclysmique, alors que les lois de la Nature sont invariantes dans le temps et l’espace ?

8. Les niveaux océaniques montent de 1,7 mm/an (d’après les mesures au marégraphe de Brest), de moins 1,6 mm/an à Marseille depuis la fin du dix-neuvième siècle et aucune accélération n’a été mesurée ces dernières années.

9. Le hot spot (« point chaud ») prévu en zone tropicale, qui devait être" LA preuve indubitable du rôle du CO2 sur la TMAG", n’a pas été détectée, donc c'est qu'il n’existe pas.

10. Le taux de vapeur d’eau atmosphérique diminue (alors que le GIEC avait prévu l’inverse – rétroaction positive – quand le CO2 augmente). La rétroaction réelle est donc négative.

11. La banquise australe se recompose, et atteint des records de superficie.

12. La somme des surfaces des deux banquises, dont les variations sont en opposition de phase, est à peu près constante, ce qui signifie que l’albédo de la cryosphère l'est aussi.

13. Les mesures des 3000 sondes océaniques ARGO montrent pour son ensemble et, depuis leur mise en service en 2003, un léger refroidissement des océans, entre la surface et 700 à 1000 m de profondeur (au mieux aucun gain de chaleur). En revanche et il y a peu, certaines régions océaniques où des failles sismiques sont actives à très actives, montrent des flux de chaleur remontant vers la surface. Ces flux ont tendance à modifier quelque peu les courants marins.

14. Le flux IR (infrarouge) quittant la haute atmosphère est supérieur aux prévisions des modèles (Il n’y a pas d’effet couverture par les GES de la troposphère).

15. La loi de Stefan-Boltzmann n’est pas applicable aux gaz, qui ne sont pas des corps noirs, ni des corps gris, alors que le GIEC applique cette loi à tous les gaz.

16. Les gaz émissifs, plus froids que la surface terrestre, ne peuvent en aucun cas la réchauffer (second principe de la thermodynamique, qui interdit le réchauffement d’un corps chaud par un corps plus froid).

17. Ce sont les températures qui ont toujours piloté les variations du CO2, jamais l’inverse. À notre époque, le retard du CO2 sur la température est de quelques mois.

18. Le projet CLOUD du CERN teste la théorie de Svensmark-Shaviv (rôle des rayons cosmiques, dont le flux est modulé par l’activité solaire, sur la formation des nuages) et les premiers résultats, assez positifs, ont été publiés dans Nature. Il est par ailleurs questions, que d'autres sources galactiques d'émissions de rayonnements, aient été identifiées. Malheureusement comme à l'accoutumée, tout ce qui ne peut être expliqué rationnellement, ou offrir une preuve "matérielle" quelconque, est considéré comme absurde et pure fabulation. Or des preuves concrètes se dévoilent, dans le fait d'un réchauffement "interne" de la planète, ce qui se traduit par la hausse tant à sa surface, que dans son atmosphère.

19. Les modèles ne savent pas modéliser la cryosphère, ni l’ennuagement, dont les variations ont un impact important sur la TMAG. Le projet Earthshine, qui mesure les variations de la réflectance de la Terre, vue de la lune quand elle n’est éclairée que par notre planète, montre que cette réflectance varie essentiellement en fonction de l’ennuagement. Or cette réflectance a décru momentanément de 1984 à 1998, pour réaugmenter par la suite jusqu’en 2004, ce qui suit de façon évidente, les variations de la TMAG.

20. Les projections par l'intermédiaire des modèles, divergent de plus en plus des observations faites. Un modèle ne peut être considéré en aucun cas, comme une preuve scientifique, plus encore lorsqu'il est réfuté par l’observation directe et sur le terrain. C’est qu’il est faux et erroné et doit être abandonné ou, au mieux revu en détail. On attend toujours cet abandon ou la révision des modèles mis en avant par le GIEC et financés par les lobby's et dont l'impact financier se répercute sur les populations.

21. Il est par ailleurs impossible, que des modèles numériques puissent prévoir avec exactitude, les évolutions du climat, car il s’agit d’un "système chaotique couplé et non linéaire", comme le précisait fort bien le GIEC dans son rapport de 2001, et comme le montrent les instabilités du climat passé et actuel. Pourquoi cela aurait-il changé actuellement ? Sûrement pas pour des raisons scientifiques…

22. Enfin le GIEC n’est ni un organisme scientifique, ni un organisme indépendant : le résumé pour les décideurs (SPM), qui seul est lu par les instances internationales, les politiques et les médias, est rédigé sous le contrôle étroit des représentants des États et la surveillance des ONG. La composition de ses instances dirigeantes montre une minorité de scientifiques très majoritairement engagés dans l’idéologie environnementale, et une majorité ONG + États.

D'autres raisons sont en cours d'études et elles ne manquent pas !

15/02/2014

Obama propose un milliard de dollars pour lutter contre l’impact du réchauffement

Et on doit croire à la bonne foi de ses intentions !! Surtout que les USA ont toujours été réfractaires à tous les protocoles et demandes en matière de diminutions des émissions des GES !!!

Le président américain Barack Obama a annoncé vendredi qu’il demanderait au Congrès américain de débloquer un milliard de dollars pour atténuer les effets du réchauffement climatique aux États-Unis. « Le budget que je vais adresser au Congrès le mois prochain va prévoir un milliard de dollars de nouveaux investissements pour de nouvelles technologies pour aider les communautés à se préparer au changement climatique », a déclaré M. Obama à son arrivée en Californie où il a rencontré des fermiers touchés par la sécheresse qui sévit depuis plusieurs mois dans cet État de l’ouest américain. M. Obama n’a toutefois pas la garantie que ces fonds soient finalement débloqués, en raison de l’opposition des Républicains, majoritaires à la Chambre des représentants. Le président américain a également promis une aide de quelque 100 millions de dollars pour venir en aide aux agriculteurs de Californie.
Source AFP

Je me pose néanmoins une question, « Pourquoi une aide aux seuls agriculteurs californiens? Alors que la sécheresse touche aussi depuis près de cinq ans, plusieurs états du centre ?

13/01/2014

Dix informations de 2013 en contradiction avec les déclarations du GIEC, passées sous silence par la presse !

Voici une rétrospective de quelques histoires qui se sont produites en 2013, qui concernent « le changement climatique » et dont la presse s'est bien gardée de les relayer, ou du moins dans minimiser la taille et leur impact médiatique.

1. Navires bloqués et passages du Nord-Ouest annulés par la banquise précoce de l’Arctique

Le 4 juin Radio-Canada annonçait que « Quatre aventuriers se proposent de traverser l’Arctique à la rame cet été. Deux Canadiens et deux Irlandais se lancent dans cette aventure, au départ d’Inuvik dans les Territoires du Nord-Ouest pour tenter d’atteindre Pond Inlet au Nunavut. »Selon le Vancouver Sun, il s’agissait de souligner les « changements » dans l’Arctique provoqués par « le réchauffement climatique ». http://www.rcinet.ca/fr/2013/06/04/le-passage-du-nord-ouest-trois-mois-a-la-rame-pour-quatre-aventuriers/

http://www.vancouversun.com/Tackling+Northwest+Passage+rowboat+with+video/8544643/story.html

Curieusement, nous n’avons pas trouvé de nouvelles sur Radio-Canada relatant l’annulation de cette tentative pour cause de mauvais temps, de bourrasques de neige estivales tardives (ou hivernales précoces) et de la glace qui bloquait leur chemin… Évidemment, dans le Globe and Mail, les participants à cette traversée prétendent avoir réussi, car ils auraient pu attirer, selon eux, l’attention du public sur « les conditions météorologiques extrêmes qui accompagnent le changement climatique »… Conditions météorologiques extrêmes qui expliquent l’échec depuis des siècles de l’exploitation du passage du Nord-Ouest. Mais cela le Globe and Mail ne le fait pas remarquer à ces militants ou à ses lecteurs.

La même déconvenue a frappé le Français Charles Hedrich qui tentait de traverser le passage du Nord-Ouest à la rame. Le Français a perdu son contre-la-montre face aux glaces et « le gel prématuré de l’océan Arctique » l’a contraint mi-septembre à interrompre sa tentative de première mondiale, la traversée du mythique passage à la rame. http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20130921.AFP6104/passage-nord-ouest-a-la-rame-charles-hedrich-interrompt-son-parcours.html

Autres exemples de navires (yachts, voiliers, bateaux à rames et kayaks) bloqués précocement en fin d’été dans l’Arctique. http://www.cfact.org/2013/09/19/gullible-green-sailors-trapped-in-the-arctic/

 

article-2415191-1BAEE1D0000005DC-503_640x366.jpg

 

2. La banquise à des niveaux record

Al Gore et John Kerry prédisaient il y a 5 ans qu’en 2013 l’Arctique serait libre de glace. Vous n’avez probablement pas entendu dire que le contraire est devenu réalité. L’an 2013 est aux dernières nouvelles au deuxième rang pour ce qui est de la plus grande superficie de la banquise jamais enregistrée. Cette année verra probablement le record de tous les temps battu avant la fin de cette saison. http://www.huffingtonpost.com/john-kerry/we-cant-ignore-the-securi_b_272815.html

http://stevengoddard.wordpress.com/2013/12/30/global-sea-ice-area-second-highest-on-record-for-date-closing-in-on-all-time-record/

3. La moitié des météorologues américains ne croient pas que l’homme soit le principal responsable du réchauffement climatique

Près de la moitié des météorologues et des spécialistes en sciences atmosphériques ne croient plus que les activités humaines soient le principal facteur dans le réchauffement climatique, selon un sondage réalisé par l’American Meteorological Society (AMS). http://dailycaller.com/2013/11/26/poll-nearly-half-of-meteorologists-dont-believe-in-man-made-global-warming/

Le sondage auprès des membres de l’AMS a constaté qu’alors que 52 pour cent des membres de la Société météorologique américaine croient qu’on assistait à un changement climatique et qu’il était surtout dû aux activités humaines, 48 pour cent des membres pensent le contraire.

En outre, l’enquête a révélé que les scientifiques qui professaient des opinions politiques « progressistes » étaient beaucoup plus susceptibles de croire en la théorie du réchauffement climatique d’origine humaine que ceux qui ne professaient pas ces opinions politiques.

Notons que certains « sceptiques » comme Richard Lindzen du MIT (voir ci-dessous) affirment bien qu’il y a eu une légère augmentation de la température de la planète récemment et que l’homme peut très bien en être en partie responsable, mais que cette hausse est négligeable pour l’instant. Les mécanismes en jeu, selon ce professeur de climatologie, sont trop mal compris pour établir des prévisions climatiques à long terme crédibles. Prétendre l’inverse peut mener à ce stade à des décisions très coûteuses aux effets plus que douteux.  http://wattsupwiththat.com/2013/10/08/lindzen-understanding-the-ipcc-ar5-climate-assessment/

4. La NASA révise les températures passées à la baisse

On ne sait pas trop pourquoi, mais la NASA a décidé de réviser à la baisse des températures historiques. C’est d’ailleurs sans doute contraire aux politiques de qualité et de contrôle imposées à cette même NASA. L’effet net est de donner l’impression d’un réchauffement récent plus important que dans des rapports précédents. En refroidissant les données historiques (tout en ne changeant pas les données récentes), la NASA a presque doublé le réchauffement des températures entre 1880 et 2000 en treize ans. Ce ne serait apparemment pas la première fois (voir ici et là).

http://wattsupwiththat.com/2012/09/26/nasa-giss-caught-changing-past-data-again-violates-data-quality-act/

http://stevengoddard.wordpress.com/2013/12/25/nasa-has-nearly-doubled-their-reported-global-warming-over-the-last-13-years/

5. La population des ours polaires atteint des niveaux sans précédent

Jamais, depuis qu’on estime le cheptel d’ours blancs, n’en a-t-on dénombré un tel nombre : entre 20.000 et 25.000, malgré une nouvelle méthode de décomptage. Près de 5000 oursons polaires devraient naître autour de la Nouvelle Année. http://polarbearscience.com/2013/07/15/global-population-of-polar-bears-has-increased-by-2650-5700-since-2001/

http://polarbearscience.com/2012/10/21/pbsg-polar-bear-population-assessment-made-simple/

http://www.terradaily.com/reports/5000_polar_bears_expected_to_be_born_around_New_Years_999.html

En 2012, une étude menée dans le Nord canadien avait aussi révélé que la sous-population d’ours blancs de la région est stable et en bonne santé. Selon la plus récente étude menée par l’équipe de recherche du ministère de l’Environnement du gouvernement du Nunavut, la taille estimée de la sous-population du bassin Foxe (voir son étendue ci-dessous) est de 2 580 ours, soit un nombre comparable aux estimations du début des années 1990, même si les taux annuels de récolte sont demeurés stables au cours des 20 dernières années. Les résultats des relevés aériens n’ont pas fourni de preuve que le changement climatique affecte négativement les ours blancs de la région du bassin Foxe.

http://wattsupwiththat.com/2012/04/05/nunavut-government-study-the-polar-bear-population-is-not-in-crisis-as-people-believed/

http://www.news.gov.nu.ca/2012/june/june26f.pdf

6. Aucun lien avéré entre des températures plus élevées et une prévalence accrue de la malaria

En 2007, l’ONU avait annoncé que le réchauffement climatique allait favoriser l’apparition d’épidémies de paludisme (malaria pour les anglophones):

http://www.bloomberg.com/apps/news?pid=newsarchive&sid=aMKZ0M6en19o

"Le réchauffement climatique menacerait des millions de personnes de paludisme. [...] L’augmentation des précipitations, de la température et de l’humidité favorisent la propagation des moustiques qui transmettent le paludisme, selon le Rapport sur le développement humain 2007-2008. Cela pourrait exposer 220 à 400 millions de personnes supplémentaires au paludisme, maladie qui fait environ un million de victimes par an."

http://hdr.undp.org/sites/default/files/hdr_20072008_fr.pdf

La nouvelle avait été reprise par Radio-Canada : « On peut également s’attendre à ce que le réchauffement des températures cause une extension du territoire et une augmentation du nombre d’insectes porteurs de maladies telles que la malaria, la dengue et plusieurs sortes d’encéphalites virales. » Le Collège des médecins de famille de l’Ontario (CMFO) s’en inquiétait même : « Ainsi, la malaria et la dengue apparaissent maintenant dans des régions où elles n’étaient pas endémiques autrefois. »

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2007/06/06/007-kyoto-climat4.shtml

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Science-Sante/2008/04/07/002-cmfo-climat-sante.shtml

Pourtant, Paul Reiter un entomologiste médical français, chercheur à l’Institut Pasteur, l’avait déjà expliqué : « le paludisme était au XVIIe siècle une maladie endémique… en Angleterre ! Alors que la Tamise gelait en hiver… »

http://www.spectator.co.uk/features/5592863/the-inconvenient-truth-about-malaria/

Le paludisme a été un fléau historique, endémique dans plusieurs pays d’Europe jusqu’en 1945. Des épidémies survenaient l’été en Finlande jusqu’à la fin du XIXe siècle ; certaines épidémies dans ce pays étaient associées à une létalité de 0,85 à 3%. La plus grande épidémie récente de paludisme a été décrite à Arkhangelsk (40.000 cas) dans les années 20 et 30. Cette ville russe est située sur la Mer Blanche, près du cercle polaire !

http://www.invs.sante.fr/international/notes/palu_russie_020806.pdf

En 2013, une nouvelle étude, publiée dans le Journal of the Royal Statistical Society nous apprenait qu’il n’existait aucun lien entre la propagation du paludisme et le réchauffement climatique :

"Nous montrons que les chances d’éradication du paludisme augmentent sensiblement lorsque la taille moyenne des ménages passe en dessous de quatre personnes. Il n’existe pas de lien entre des températures plus élevées et une prévalence accrue du paludisme. Nous proposons que la taille du ménage soit un facteur important parce que le paludisme se transmet à l’intérieur et de nuit."

http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/rssa.12036/abstract

 

7. Obama permet que des parcs éoliens tuent des aigles impunément

L’administration américaine exempte désormais les exploitants d’éoliennes d’amende si leurs installations venaient à tuer des aigles impériaux ou des pygargues à tête blanche (l’animal emblème des États-Unis). Cette mesure vise à favoriser le développement des énergies dites renouvelables. Une entreprise a récemment été condamnée à une amende parce que ses éoliennes ont été reconnues responsables du décès de plusieurs volatiles. On trouve des fermes éoliennes dans 39 États du pays.

http://www.washingtontimes.com/news/2013/dec/6/obama-issues-permits-wind-farms-kill-more-eagles/?page=all

Une enquête menée par l’Associated Press plus tôt en 2013 a relevé la mort d’aigles autour de parcs éoliens, ainsi que la réticence de l’administration Obama à engager des poursuites et sa volonté d’étouffer l’ampleur des décès de ces rapaces. La Maison-Blanche est un fervent partisan de l’énergie éolienne présentée comme une solution au réchauffement climatique et une pierre angulaire du plan énergétique du président Barack Obama. De nombreux sceptiques doutent de l’utilité de l’énergie éolienne pour lutter contre les gaz à effets de serre,d’autres soulignent le prix élevé de l’énergie produite de la sorte. Québec n’approuvera en pratique plus de nouvelles constructions de parcs éoliens selon l’IEDM.

http://www.usatoday.com/story/money/business/2013/11/22/wind-energy-company-pleads-guilty-to-eagle-deaths/3681687/

http://www.pouruneécolelibre.com/2012/10/energies-alternatives-scandales-mythes.htmlhttp://www.pouruneécolelibre.com/2012/10/energies-alternatives-scandales-mythes.html

http://www.pouruneécolelibre.com/2013/06/les-eoliennes-coutent-un-milliard-aux.html

Le gouvernement américain soutient également l'éthanol à base de maïs pour réduire la dépendance des États-Unis à l'essence importée. Dans ce contexte, la Maison-Blanche a permis à l'industrie verte de faire des choses peu écologiques. Une autre enquête de l'AP a récemment indiqué que l'éthanol s'est avéré beaucoup plus dommageable pour l'environnement que les politiciens ne le promettaient et bien pire que ce que le gouvernement américain l'admet aujourd'hui.

http://news.yahoo.com/wind-power-us-extends-permit-eagle-deaths-145931345--finance.html

http://www.huffingtonpost.com/2013/11/12/ethanol-investigation_n_4258796.html

8. Les océans n’engloutissent pas les atolls coralliens

Rappelez-vous en 2009, lorsque les fonctionnaires des Maldives avaient tenu une conférence de presse sous l’eau pour montrer que leurs îles coulaient à cause du réchauffement climatique. Eh bien, une nouvelle étude réalisée en 2013 montre qu’ils n’ont rien à craindre. Bonne nouvelle ! Il faut dire que les autorités des Maldives ne semblaient pas trop inquiètes : elles y ont construit récemment quatre nouveaux aéroports et de nombreux autres complexes hôteliers.

http://www.contrepoints.org/2013/01/01/109925-la-submersion-des-maldives

http://www.nipccreport.org/articles/2013/jan/29jan2013a2.html

http://notalotofpeopleknowthat.wordpress.com/2012/12/13/maldives-opening-four-new-underwater-airports/

Cette étude en confirme d’autres comme celle de Paul Kench de l’université d’Auckland en Nouvelle-Zélande et Arthur Webb de l’université de Suva, aux Fidji. Leur recherche a porté sur 27 îles du Pacifique. Durant les dernières soixante années, toutes – sauf quatre – ont conservé la même taille ou ont grandi, certaines de 20 à 30 pour cent. Les chercheurs ne nient pas que le changement climatique ait un impact sur les atolls et les îles très basses de l’océan Pacifique. Mais ils ont découvert que ces îles s’adaptaient beaucoup mieux que prévu. Lire aussi : Les océans montent dangereusement, sauf autour des îles.

http://www.contrepoints.org/2013/10/01/140868-les-oceans-montent-dangereusement-sauf-autour-iles

 

9. L’année 2013 aurait été l’année météorologique la moins extrême aux États-Unis depuis qu’on dispose de telles statistiques.

http://www.climatedepot.com/2013/12/27/2013-shatters-the-record-for-fewest-tornadoes-15-lower-than-previous-record/

L’année 2013 brise le record du moins de tornades aux États-Unis, 15% de moins que le minimum précédent. L’an passé a également vu le moins de feux de forêt aux États-Unis depuis 1984. (Voir également 2013 – a year with minimal extreme weather events in the US.).

Un commentaire dit ceci : Peut-être pour les tornades et les feux de forêt aux Etats-Unis, mais pour le reste du monde, les événements météorologiques extrêmes sont devenus malgré cela, la nouvelle norme :

-Review of extreme weather and cosmic events on Earth in 2013 (VIDEO) http://www.sott.net/article/271585-Review-of-extreme-weather-and-cosmic-events-on-Earth-in-2013-VIDEO

-Catastrophes naturelles : deux fois plus de victimes en 2013 http://fr.sott.net/article/18680-Catastrophes-naturelles-deux-fois-plus-de-victimes-en-2013

10. Absence de réchauffement de la planète depuis plus de 17 ans

Les données RSS mensuelles sur les anomalies de température moyenne planétaire de la basse troposphère allant de novembre 1996 à octobre 2013 n’indiquent aucun réchauffement climatique pendant précisément 204 mois – le premier ensemble de données pour 17 années complètes qui tendent à montrer que les modèles utilisés pour faire des projections catastrophistes sur notre climat semblent erronés.

Les températures mondiales mesurées refusent de suivre les prévisions haussières pressenties par la quasi-totalité des modèles clima­tiques. Depuis son premier rapport en 1990, le GIEC prédisait que les températures mondiales augmenteraient en moyenne de 0,2° Celsius par décennie. Mais voilà que le GIEC reconnaît qu’il n’y a eu aucune augmentation statistiquement significative des températures mondiales tout au long des 16 dernières années.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Remote_Sensing_Systems

http://www.pouruneécolelibre.com/2013/09/ecologisme-pas-de-echauffement.html

Dans un numéro de septembre 2013 de la prestigieuse revue scientifique Science, une équipe canadienne s’est également penchée sur la surestimation du réchauffement de la planète au cours des 20 dernières années par les modèles informatiques. Pour ces chercheurs, « le réchauffement climatique observé récemment est nettement inférieur à celui prévu par les modèles climatiques. Cette différence pourrait s’expliquer par une combinaison d’erreurs dans le forçage externe, la réponse des modèles à ce forçage et de la variabilité interne du climat. » Sur 117 modèles (regroupés en barres grises dans les diagrammes ci-dessous), seuls 3 prévoyaient des valeurs dans l’intervalle des températures observées. Tous les autres surestimaient grandement le réchauffement.

Pour le professeur Lindzen, l’excuse du GIEC qui expliquerait l’absence de réchauffement au cours des dix-sept dernières années consiste à dire que la chaleur se cache dans les profondeurs des océans. Ce n’est tout simplement que l’aveu que ces modèles ne parviennent pas à simuler les échanges de chaleur entre les couches de surface et les profondeurs océaniques. Or, cet échange de chaleur joue un rôle primordial dans la variabilité naturelle interne du climat et l’affirmation du GIEC selon laquelle le réchauffement observé peut être attribué à l’homme dépend essentiellement de l’exactitude des simulations de ces modèles quant à cette variabilité naturelle. Ainsi, selon le climatologue du MIT, le GIEC admet de façon controuvée, que leur hypothèse cruciale est totalement injustifiée.

http://www.pouruneécolelibre.com/2013/09/ecologisme-pas-de-echauffement.html

Enfin, tout en attribuant partiellement le réchauffement climatique à l’homme, Richard Lindzen souligne que le GIEC omet volontairement de préciser que ce réchauffement a été minuscule et totalement compatible avec une situation en rien alarmante. Il est assez étonnant de voir les contorsions que le GIEC s’impose pour poursuivre la promotion de son programme politique sur le climat.

26/12/2013

Des touristes de l’Antarctique coincés par les glaces !

Des touristes russes à bord d'un navire de recherche océanographique ont passé Noël à attendre les secours, le bateau étant bloqué dans la glace en Antarctique, rapportent les autorités australiennes.

L'Australian Maritime Safety Authority a dépêché trois navires après avoir reçu mercredi un appel de détresse du bateau enregistré en Russie et construit en Finlande. Au total, 50 passagers et 20 membres d'équipage se trouvent à bord du MV Akademik Shokalskiy, bloqué dans la glace au sud de la ville australienne de Hobart. Le navire n'est pas en danger, selon les autorités, mais l'arrivée de l'aide devrait prendre au minimum deux jours.

Un communiqué de Expeditions Online (agent de réservation) : "Le Akademik Shokalskiy est un navire d'expédition entièrement coque renforcée construit en 1984 pour la recherche polaire et océanographique. Cette classe de navire est reconnue mondialement pour l'exploration polaire, en raison de sa force, la maniabilité."

Étonnant :

- ce navire au départ conçu spécialement pour ce genre d'expédition, est coincé par des glaces.

- étant en été austral, alors qu'on nous rabâche les oreilles avec la fonte des glaces des pôles.

Il y a comme qui dirait, quelque chose dans cette histoire, qui sonne faux !

Suivant une source fiable, le navire se situe à 100 nm de la Base Dumont D'Urville (le point le plus au sud du trajet ci-dessous).

akk.PNG

Chose d'autant plus étrange dans cette information, la carte des températures au sol montre que la région (bord bas à droite à hauteur du UW-SSEC) est de +/- 5°c de même que la surface marine.

 

met.PNG

 


25/12/2013

"Xaver", ou la tempête d'absurdité, tant des scientifiques que des politiciens !

 

Le 5 décembre alors que la tempête "Xaver" se déplace vers  l'Europe de l'Ouest, que déjà les spécialistes belges se lancent dans des déclarations alarmistes, relayées et exacerbées par la presse en soif de sensationnel.

Les vents ne devraient pas dépasser 90km/h, et pourtant, l'amplitude des marées pourraient atteindre 6 mètres. Un niveau exceptionnel qui n'a plus été relevé depuis la tempête de 1953.

David Dehenauw, météorologue explique que "Les vents dans la moitié nord de la mer du nord et dans le nord de l'Atlantique, on a des vents de tempête de secteur nord, nord-est et viennent directement du Pôle Nord, donc ça pousse l'eau de mer vers la côte belge, et cela explique la raison pour laquelle on va avoir des marées très hautes le long de la côte et le long de l'Escaut". Les autorités belges ont pris des mesures de précaution qui devraient permettre de limiter les dégâts. Le plan catastrophe a été déclenché dans la province de Flandre occidentale et le maire de la commune belge de Bredene a décidé d'évacuer préventivement plus de 2000 habitants près du canal Gand-Bruges-Ostende. «Des simulations ont calculé que le niveau de l'eau pourrait atteindre 6,1 mètres. C'est la plus haute mesure depuis trente ans», a prévenu le gouverneur de la province de Flandre occidentale, Carl Decaluwé. (RTL-Info, La Meuse, La Libre, 7/7,..)

Très voire trop souvent et même de plus en plus souvent, on constate que des décisions politiques onéreuses sont prises sur base des dires de "spécialistes". Or, il apparait fréquemment qu'il s'agit de publicateurs pour revues scientifiques ou de chercheurs en quête de subventions. Ce jeux d'intérêts, plombe de plus en plus les finances publiques, et au final c'est le contribuable qui en paie grassement le prix, alors qu'il n'en a rien en retour, déjà qu'il peine à survivre financièrement aux taxes et à un coût de la vie pour le moins exorbitant.

 

 

Le 6 décembre, donc après la tempête.

Mme H Crevits, ministre flamande des Travaux Publics déclarait à la presse " Grâce aux mesures de prévention efficaces, les dégâts sont restés très limités. La réalité de ce vendredi  prouve que les investissements dans la sécurité de la Côte sont importants." De plus elle félicitait les spécialistes pour, je cite "les prévisions précises et fiables", tellement fiables que rien ne s'est produit. Pour clore son intervention Mme Crevits ose encore déclarer  " Les gros investissements consentis ces dernières années pour la protection de la côte et de l’hinterland paient, faisant référence " aux travaux récemment entrepris dans le cadre d’un Masterplan «Sécurité côtière». «Nous poursuivrons ces efforts lors des prochaines années, également à long terme avec le projet ’Vlaamse Baaien 2100". (qui comprend un volet visant l’extension de la Flandre sur la mer, ndlr(Le Soir))», a conclu la ministre.  

Quant à l'auteur de l'article, il ne fait que répéter et affirmer mordicus, ce qui fut écrit à la veille, alors que tous les lecteurs, sont déjà informés que cette tempête n'a pas eu les effets prédits " Le niveau des eaux à la Mer du Nord a atteint dans la nuit de jeudi à vendredi le plus haut niveau jamais enregistré depuis le 1er février 1953.".

(Le Soir et toute la presse flamande)

 

Le gros problème dont souffre la presse dans son ensemble est, le copier-coller. Sans parler des agences de presse (AFP, Belga pour ne citer qu'elles), qui diffusent une information, celle-ci se retrouve relayée par l'ensemble, et généralement sans aucune vérification du bienfondé ou de l'exactitude du contenu. Vient ensuite l'intervention du politiquement correct, et les enjeux des intérêts politiques et lucratifs des lobbies qu'on ne peut contredire malgré l'évidence des gros mensonges qui nous sont servis abondamment.

 

Les mesures de prévention efficaces pour la protection de la côte grâce aux investissements importants dans le cadre du Masterplan "Sécurité Côtière" et du "Vlaamse Baaien 2100", ont montré quoi ? Rien, en guise de sécurité puisqu'il ne s'est rien passé.  Vent plus faible que prévu et absence de marée importante. En revanche, les travaux de rehaussement des plages du littoral, entrepris depuis 2012, dans le cadre de l'élévation du niveau des mers, et de l'accroissement des phénomènes tempétueux, décrétée dans les différents rapports du GIEC, et suite à "Xynthia", ont démontré à quel point l'homme se croit supérieur à la nature en voulant la manœuvrer comme bon lui semble, et l'absurdité de tels travaux, en sommes inutiles. Les photos qui suivent, montrent clairement que tout le rehaussement de la plage est reparti à la mer par l'action des vagues. Une dépense de quelques 300 millions d'euros jusqu'en 2015 pour rien, car ces travaux n'ont strictement servi à rien alors qu'ils ont été entrepris sur toute la longueur des 60km de littoral belge.

xaver.jpg

Cet ouvrage devait constitué un front tant aux marées trop importantes, mais aussi aux vagues lors de tempêtes. Hé bien, une tempête moyenne et déjà, plus rien. Travail inutile, soit un de plus !

 

19/10/2013

Le nouveau fantasme de Monsieur Nollet, ou nouvelle arnaque après celle du voltaïque !

 

"L'éolien va faire gagner un milliard à la Wallonie" ! Cette déclaration émane du Ministre J-M Nollet (Ecolo Belgique). 

 

L'éolien peut faire gagner un milliard d'euros à la Wallonie, a estimé le ministre de l'Energie Jean-Marc Nollet qui a accordé une interview à L'Echo. "La Région wallonne veut produire 3.800 GWh (gigawattheure) d'ici 2020 avec des éoliennes. Le coût cumulé en 2035 est de 3,165 milliards d'euros avec un certificat vert à 1 euro. Pour le gaz, si on part de l'hypothèse que son prix sera indexé de 2% par an, on arrive à un coût de 3,835 milliards d'euros", souligne le ministre wallon.

"Le dieu Eole gagne sur le dieu Hadès"

"Il faut par ailleurs rajouter le coût du CO2. A 4 euros la tonne de CO2, le coût du gaz progresse de 122 millions d'euros, à 3,950 milliards d'euros. C'est très clair, l'éolien permet de dégager un bénéfice entre 800 millions (avec certificat vert à 0,9 euros) et 548 millions d'euros (avec un certificat vert à 1 euro). L'écart est encore plus important si on prend un coût du CO2 à 10 euros la tonne. Certaines projections vont même à dire que la tonne pourrait s'échanger à 50 euros en 2020. Cela dégage donc un bénéfice entre 1,9 milliard d'euros (avec un certificat vert à 0,9 euro) et 1,6 milliard (avec un certificat vert à 1 euro) pour l'éolien en 2035", précise encore Jean-Marc Nollet qui souligne qu'à long terme, "l'éolien fait gagner 1 milliard (avec un coût de la tonne de CO2 entre 4 et 15 euros)."Le dieu Eole gagne sur le dieu Hadès", a-t-il conclu.

Source RTL-Info.be

Utopie aurait-on envie de crier. Comment peut-on être aussi obnubilé à ce point tout en étant ministre et avoir à gérer à bon escient l'argent des contribuables. Pourquoi obnubilé me diriez-vous ? Au vu du contenu de l'article ci-dessous, "http://les-verites.skynetblogs.be/archive/2013/10/14/le-c..." on ne peut que s'interroger quant aux motivations réelles ou plutôt, l'entêtement, de la part des ministres. Surtout que pour qu'il soit compétitif, l'éolien devrait couvrir l'ensemble du territoire (autorisations urbanistiques impossibles, de plus l'infrastructure de distribution devrait être rénovée, et suivant des études de faisabilité, il devrait y avoir un apport supplémentaire d'énergie. Autant dire que le peu de bénéfice engrangé serait aussitôt absorbé par des dépenses pharaoniques.

Ce qui mène à constater que les évaluations de rentabilité de Monsieur Nollet, relèvent plus du fantasme que de la réalité, car elles sont identiques à celles dont on nous bombarde pour le gaz de schiste, or le déplacement très fréquents des sites de forage, d'où un coût exorbitant, la faible capacité à l'extraction due à une surévaluation des gisements, sans parler de la pollution des nappes phréatiques donc l'eau devient impropre à la consommation.

Petit rappel.

Ce même ministre après avoir poussé la population vers le photovoltaïque avec des incitants à la clé, l'a en 2012, grugé en supprimant les certificats verts alors que ce domaine était en pleine expansion et en faisant payer l'insertion des excédents d'électricité produits par les particuliers. Sur le premier semestre 2013, la quasi-totalité des entreprises ayant pour activité l'installation de voltaïque, ont été contrainte de fermer boutique, plus de travail !! Résultat final un désastre financier dantesque avec 3 milliards d'euro de déficit pour le budget du pays.

11:56 Écrit par Eaglefeather dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : arnaques, manipulation, mensonge, mystification, escroquerie |

14/10/2013

Le vent est tombé dans le vert-monde d'Eole !

 

Alors que bien des vérités soient tues ou tout au plus minimisées comme les perturbations environnementales et animales, les dommages causés aux oiseaux sans parler des nuisances sonores et de la dégradation visuelle des paysages. De tout cela il  est évident que toutes les organisations se (s'auto)proclamant "écologistes", n'en dit mot.

Mais il y a d'autres points qu'elles se gardent bien de révéler, comme les 14.000 éoliennes qui sont abandonnées sur l'ensemble du territoire US.

Ces "fermes éoliennes" ont commencé à se développer dès 1981, à la suite d'une prise de conscience populaire lors de plusieurs marées noires ayant affecté entre autre le patrimoine naturel des Etats-Unis. En dix ans à peine, le parc éolien US s'est considérablement développé, au point qu'en 2008-2010 plus de 25% des besoins en électricité étaient compensés par de l'éolien. L'engouement était tel qu'il a mené à développer d'avantage de sites au point que le "offshore" entuber,escroquerie,climat,contreviritedébutait en force, montant la production à 45%. Un nombre considérable d'Universités vantaient, statistiques et études diverses en main, que l'éolien pourrait bien devenir l'alternative au nucléaire et permettre ainsi d'en sortir. L'Eole US a dès lors diffusé ce message au monde entier. (Au vu de la photo ci-jointe on est en passe de se poser des questions quant à l'impact de l'éolien, qu'il soit sur terre ou en mer !)

La propagande a toujours le vent en poupe en 2013, alors qu'aux Etats-Unis ce vent a viré au calme plat ! En effet depuis 2009, cet hyper développement a généré une bulle de subventions gouvernementales. Mais cette bulle à tellement grossi qu'en 2012 le congrès a voté un amendement limitant drastiquement ces aides, ce qui a conduit à l'effondrement de cet engouement et l'abandon s'est propagé dès lors, inéluctablement.

Depuis, ces parcs éoliens jadis florissant, se dressent maintenant dans le paysage comme des géants devenus soudainement immobiles, pétrifiés par un sortilège, comparables à des statues que l'on vénérait, symboles d'une religion, "la religion climatique", se retrouvant aujourd'hui sur son déclin.

D'un autre côté tous ceux se prétendant "écologistes" et protecteurs de l'environnement, se taisent. Ils se taisent et restent délibérément et impassiblement "AVEUGLES"  sur cette pollution, ce gâchis environnemental que constituent ces épaves, laissées à l'abandon. On a peine à imaginer l'indignation de ces défenseurs de l'environnement, si des installations de forage pétrolier ou de gaz, seraient ainsi laissés à l'abandon en pleine nature !

Si l'éolien avait eu autant de sens aux yeux des verts, alors pourquoi l'avoir subventionné, si ce n'était que ce faire un business, un commerce et du profit, là réside la leçon à apprendre. Notamment par ceux qui cherchent à faire fortune grâce aux subventions payées par le contribuable, à l’ensemble du secteur des énergies renouvelables, de l’énergie solaire, éolienne, de la biomasse, incapable de survivre seule, sans provoquer des bulles financières. Beaucoup d’entreprises et d’ONG, comme le WWF, Amis de la Terre et Greenpeace, pensent maintenant qu’elles sont de droit divin, qu’elles mènent une croisade verte pour sauver le climat, justifiant toutes ces débauches financières inutiles. Avec le décalage entre l'Amérique et l'Europe, ce qui s'est passé chez eux devrait nous faire ouvrir les yeux et ne pas commettre les mêmes erreurs.

Cet aspect de détournement est également valable et tend de plus en plus à se démontrer avec le réchauffement ou  changement climatique, alors soyons vigilants ne les laissons pas nous piéger comme ils l'ont fait pour l'éolien.

11:10 Écrit par Eaglefeather dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : entuber, escroquerie, climat, contrevirite |

22/12/2012

Quelle attitude adoptera le GIEC, face au contenu de son 5e Rapport, qui a fuité ?

Ah le GIEC, le pauvre à qui lui arrive moult soucis, maintenant il s’agit de fuite involontaire au sein même de l’organisation.

Alors que le dernier rapport se peaufine, le zèle d’un de ses membres a jugé bon de mettre au courant des dernières informations, ceux qui financent cette grande escroquerie mensongère. Une ébauche ou plutôt une version simplifiée de ce dit rapport est alors publiée, avec les détails déjà disponibles. D’autant que le personnage en question mentionne bien en clôture, et c’est là très précisément que c’est important, que les informations contenues dans ce document, remettent bien en question et de manière évidente, la thèse principale, l’origine humaine du dioxyde de carbone dans le processus du réchauffement climatique.

C’est donc par ce rapport et cette phrase aussi anodine en apparence, qu’on apprend que le GIEC admet sans détours que, oui c’est bien le soleil qui réchauffe la planète. Bien d’autres scientifiques en devenaient de plus en plus convaincus de par la multitude de résultats d’analyses allant dans ce sens. Mais depuis le début, combien d’entre eux ne se sont pas fait molester, traiter d’hérétiques et même désavouer par les hautes instances scientifiques et politiques, sans parler des menaces diverses.

Voici un tableau plus que significatif, (fig 1.4 du rapport) les courbes de couleurs représentent les prédictions de hausses de températures suivant les différents modèles mathématiques utilisés pour légitimer les décisions politiques et écologiques qui nous ont été imposées depuis. On observera que les relevés de t° (les points noirs) montrent globalement une stagnation depuis 2001, soit bien en dessous de ce que les modèles s’évertuent de prétendre. Pour les références des données je vous renvoie au deuxième lien en-dessous fin du chapitre 1 page 39.

rechauffement,climat,temperature,hausse,co2,anthropisme,arnaque,fraude,escroquerie,duperie

Autre élément et non des moindres, c’est la phrase du chapitre 7 p 43 (lignes 1à 9) qui attire fortement l’attention et qui, selon toute logique fait finalement changer d’optique le GIEC.  (termes techniques).

“Many empirical relationships have been reported between GCR or cosmogenic isotope archives and some aspects of the climate system (e.g., Bond et al., 2001; Dengel et al., 2009; Ram and Stolz, 1999). The forcing from changes in total solar irradiance alone does not seem to account for these observations, implying the existence of an amplifying mechanism such as the hypothesized GCR-cloud link. We focus here on observed relationships between GCR and aerosol and cloud properties. Such relationships have focused on decadal variations in GCR induced by the 11-year solar cycle, shorter variations associated with the quasi-periodic oscillation in solar activity centred on 1.68 years or sudden and large variations known as Forbush decrease events. It should be noted that GCR co-vary with other solar parameters such as solar and UV irradiance, which makes any attribution of cloud changes to GCR problematic (Laken et al., 2011).”

“Beaucoup de relations empiriques ont été signalés entre GCR ou cosmogéniques archives isotopes et certains aspects du système climatique (par exemple, Bond et al, 2001;. Dengel et al, 2009;. Ram et Stolz, 1999). Le forçage des variations de l’irradiance solaire totale seule ne semble pas tenir compte de ces observations, ce qui implique l’existence d’un mécanisme amplificateur tel que le nuage émis l’hypothèse GCR-lien. Nous nous concentrons ici sur lesrelations observées entre la GCR et des aérosols et les propriétés des nuages​​.Ces relations se sont concentrés sur décennale variations de GCR induites par le cycle solaire de 11 ans, plus courtes variations associées à la quasi-périodique oscillation de l’activité solaire centré sur 1,68 années ou des variations soudaines et massives connues sous le nom diminution de Forbush événements. Il est à noter que la GCR co-varient avec les autres paramètres solaires tels que l’irradiance solaire et aux UV, qui rend toute attribution de modifications nuage de GCR problématique (Laeken et al., 2011). »

Le paragraphe suivant (lignes 31 à 27) met en évidence les dires de Svensmark  dès 1997 concernant le rôle de la nébulosité dans la protection contre le réchauffement solaire, et c’est depuis 2011 que les preuves affluent sur l’action déterminante du soleil dans ce processus.

En conclusion, ces chapitres viennent de manière violente contredire tous les critères jusqu’ici émis par les instances scientifiques dont le GIEC s’est servi. Et en plus, le dogme selon lequel, le réchauffement viendrait du CO²  anthropique (humain),s’écroule, mais également , qu’il n’est plus permis de négliger le forçage solaire face à l’action humaine, et même de le prendre comme principale responsable. De toute évidence, il(GIEC), ne lui reste plus le choix, soit en minimiser le contenu, soit à l’admettre dans son intégralité. La presse US se pose déjà des questions quant aux excuses extravagantes qui seront trouvées face à ce revirement, quant à l’européenne entièrement acquise à la cause, comment va-t-elle pouvoir cacher ce que tous les gens sensés savent déjà, que tout ce pipeau est basé sur des mensonges, tromperies et autres erreurs. Le temps des comptes et règlements de compte, va bientôt commencer.

 

Liens liés :           http://wattsupwiththat.com/2012/02/22/omitted-variable-fr...

                               http://www.stopgreensuicide.com/

02/02/2012

Un communiqué qui fait froid dans le dos ! Sera-t-il suffisamment pris en compte ?

Communiqué de "GEOCHANGE" ONU.

Communiqué de "GEOCHANGE" sur les questions des changements globaux de l'environnement, pour présentation à l'ONU, l'Union européenne, organisations internationales et les gouvernements des États.

Ce communiqué est présenté au nom des chefs d'organisations internationales, des instituts scientifiques et les centres, scientifique et technique des entreprises et des scientifiques de différents pays.

"GEOCHANGE" employé dans le présent communiqué se réfère aux changements naturels de l'environnement résultant de facteurs endogènes, exogènes et cosmiques et avoir des conséquences négatives pour le développement stable de l'humanité.

Actuellement, plusieurs faits scientifiques indicatifs de l'évolution croissante de l'environnement et leur caractère global ont été collectés. Ces changements indiquent une accélération du taux de croissance de l'activité géodynamique, qui est exprimée, en particulier, que les séismes et éruptions volcaniques. Il ya un risque élevé que l'ampleur de l'impact des facteurs géologiques sur le changement climatique va être sous-estimée. L'intensification de l'activité endogène périodique de la Terre conduit à un dégazage du manteau accrue et d'émission de gaz de serre chaude d'origine géologique dans l'atmosphère, provoquant le réchauffement climatique.

Faits alarmants au sujet d'un drastique (plus de 500%) l'accélération de la dérive du Nord de la Terre pôle magnétique depuis 1990 non seulement avoir des conséquences catastrophiques pour le changement climatique global, mais aussi témoigner de changements significatifs dans les processus énergétiques dans les noyaux intérieurs et extérieurs de la Terre responsable de la formation du champ géomagnétique et de l'activité endogène de notre planète.

Le rôle de la magnétosphère de la détermination du climat de la Terre a été prouvé scientifiquement. Les changements dans les paramètres du champ géomagnétique et de la magnétosphère peuvent conduire à une redistribution des domaines de la formation des cyclones et anticyclones, affectant ainsi les changements climatiques mondiaux.

Cataclysmes naturels peuvent, dans un court espace de temps, provoquer des conséquences catastrophiques pour des régions entières de notre planète: beaucoup de gens vont mourir, les populations de grands territoires seront privées d'abri et de moyens de subsistance, les économies des Etats seront détruites, et les grandes épidémies à grande échelle de maladies infectieuses graves se produisent. Actuellement, la communauté mondiale n'est pas prête à affronter un tel développement des événements qui est assez probable. Pendant ce temps, des périodes de hausse significative de l'activité endogène ont été observés à plusieurs reprises durant la vie géologique de notre planète et, selon de nombreux indicateurs géologiques, la période suivante est déjà commencée.

Les cataclysmes naturels menant à un grand nombre de victimes et de destructions massives dans un pays ou un autre sont généralement accompagnés d'une assistance internationale gamme de différentes organisations humanitaires internationales et les États individuels. Cependant, durant la période de grande ampleur des cataclysmes naturels, un spécial international, un mécanisme juridique, administrative et financière sera nécessaire pour la gestion et la coordination des actions de secours, de restauration et d'autres organisations internationales menées dans des zones de catastrophe naturelle.

Beaucoup de pays peuvent se vanter les connaissances scientifiques accumulées et l'expérience dans la prévision des différents cataclysmes naturels. Dans le même temps, dans la plupart des cas, il n'y a pas de règles précises pour prendre des décisions et précisant notamment les actes par les organismes d'État lorsque le besoin est indiqué par des prévisions de cataclysmes naturels possibles. Des décisions erronées et des actions non coordonnées des structures gouvernementales et internationales lors de la réception de ces prévisions peuvent apporter à la population de panique et la désorganisation des actions menées par les organismes d'État et les services de secours. Il a non seulement diminue l'efficacité de la préparation à des cataclysmes naturels, mais peut aussi causer des complications de la situation sociale et morale et psychologique dans les régions de l'cataclysmes attendus.

Pourtant, le développement de normes et de règles précises pour la prise de décisions par les gouvernements suivants la réception des prévisions permettra d'accroître l'efficacité des opérations de sauvetage et les travaux de restauration et de réduire le nombre de victimes et les dommages causés par les catastrophes naturelles.

TENANT COMPTE ce qui précède, le Groupe d'Initiative SUR LA QUESTION DES CHANGEMENTS DE L'ENVIRONNEMENT MONDIAL "GEOCHANGE" propose:

Pour adopter une Convention-cadre des Nations unies sur le changement global de l'Environnement.

Pour étendre les fonctions et la composition du GIEC (Groupe intergouvernemental sur le changement climatique) et de changer son nom à l'IPEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution de l'environnement), avec l'inclusion supplémentaire de volcanologues, sismologues, géophysiciens, géologues, le climat d'espace et d'experts du droit international. De charger le programme IPEC de:

Élaborer un programme international de l'ONU pour l'étude et la prévision des changements environnementaux mondiaux.

Développer les normes juridiques internationales et les mécanismes pour une gestion efficace et la coordination des actions des gouvernements des pays et des organisations humanitaires internationales lors de la réception des prévisions de cataclysmes naturels.

Établir un centre international de l'ONU pour la prévision et la surveillance des cataclysmes naturels (IC FMNC).