31/07/2010

Où peut être la crédibilité avec de telles discordances dans ces déclarations ?

Les adeptes du réchauffement climatique et en particulier "Greenpeace", ont trouvé une nouvelle cible, le gouvernement russe.

En effet, selon une statistique menée tenez vous bien par le géant pétrolier, "BP" en 2009, la Russie était le 4e plus gros émetteur de dioxyde de carbone.

Brandissant les chiffres de "BP" les experts de Greenpeace déclarent à qui veut l'entendre, que la vague de chaleur de ces deux derniers mois en Russie occidentale, la pire depuis des décennies serait due au réchauffement climatique mondial et qui plus est, ils en auraient les preuves.

Mais de quelles preuves, selon leurs dires, cette sécheresse serait aggravée par une année 2009 déjà inhabituellement sèche, ayant eu pour conséquence la disparition de toute humidité des terres du sud, Volgograd et Voronej. Pire encore ils prétendent que cet effet est accentué par la disparition des neiges du milieu d'hiver, emportées par des "inondations", ahurissant de contradiction, on se rappelle les semaines que ça a duré avant de la voir s'évacuer. D'autre part déjà dans son propre communiqué, Greenpeace se fourvoie, il dit "la pire depuis des décennies" or plus bas il est fait mention que se serait à cause de la sécheresse de 2009.

Autre contradiction, selon les déclarations d'autres experts en climatologie et qui plus est, émanent du GIEC, une telle sécheresse ne peut en aucun cas, être la résultante de phénomènes climatiques ayant survenus sur un si court lapse de temps, ce n'est pas possible.

Donc, in fine, on se rend très vite compte qu'entre tous ces organismes et scientifiques qui y sont à leurs bottes, ils ne s'accordent même pas dans leurs déclarations.

24/07/2010

Nous ne sommes pas les bonnes cibles.

Au vu des photos de catastrophes impliquant l'exploitation pétrolière, il apparaît très clairement que nous sommes en final, que les boucs émissaires du rejet de CO². La quantité impressionnante de oil-rig-explosion-in-gulf-of-mexico-10.jpgrejet par combustion n'égale pas l'utilisation de nos voitures et de notre chauffage domestique et l'emploi de nos avi ons pour les vacances, tous réunis.

Quasi chaque fois qu'il y a eu accident, tant lors de l'exploitation que lors du transport, il y a eu incendie, donc combustion de cette matière.

 

< Deep Water Golfe du Mexique 2010.

 

haven.jpg Lors de certains accidents, ici l'Agip Abruzzo le 10 avril 1991 >

 

 

incendie-a-dalian.jpg< Dalian (Chine) 2010

 

 

 

 

 

jupiter 16 sept 90.jpgJupiter 16 septembre 1990>

 

 

Blood_PTA_2-c24e4.jpg

< Texas date inconnue

23/07/2010

Quand l'appât du gain risque de mettre fin à l'humanité.

 Il y a peu je disais que l'homme était stupide, j'étais très loin du compte. Le summum de l'imbécilité semble bien d'avoir été atteint par BP dans le Golfe du Mexique.

S'il s'avère que le témoignage de l'aumônier Alex Jones de Deep Water (eau profonde) est exact, nous sommes alors au bord d'une catastrophe sans précédent et apocalyptique.

Pourquoi?

 

BRITISH PETROLEUM a foré très (trop) profondément, soit 12km un record (si on peut dire). Mais là où il y a du souci à se faire, c'est que le pétrole qui sort de ce puits n'est en rien comparable à celui qu'on exploite en temps normal. C'est du pétrole "ABIOTIQUE" c.-à-d. non fossile, donc obtenu par un processus chimique dans les couches profondes, ainsi dit les "strates". Rappelez-vous les reportages montrant la nappe polluant les eaux et les rivages, elle était de couleur rougeâtre et non gris noirâtre comme à l'habitude.

La profondeur à laquelle ils ont foré, fait que ce qui en sort est à une pression telle que tous les équipements de sécurité, ont été littéralement balayés, même la valve de sécurité, censée résister au double de la pression maximale connue jusqu'à ce jour, à été arrachée de ses supports, la pression de sortie de ce pétrole est située entre 1378 et 4824 bar. Pour faire le rapprochement, un pneu de voiture est de 2.4 b et celui d'un camion de 6.9 b et enfin celui des circuits hydrauliques d'un avion est de 200 à 380 b une fuite transpercerait un homme de part en part. En conclusion aucune technologie actuelle ne pourrait mettre un terme à la fuite, sinon que l'utilisation d'une charge nucléaire, mais !

Comme si ce n'était pas assez, ce qui sort de ce puits, n'est pas plus rassurant, des gaz à haute toxicité ont été détectés à la surface de l'eau. Il s'agît en particulier de :

- Sulfure d'hydrogène (niv. norm. autor. 5-10ppb) sur le lieu il est de 1200ppb.

- Benzène (niv. non dangereux 0-4ppb) sur place il est de 3000ppb.

- Chlorure de Méthylène (niv. non toxique 0-61ppb) il est de 3000-3400ppb.

Ces relevés ont été fait par l'Agence de contrôle de l'Environnement, suite à l'apparition soudaine de maladies et de décès de personnes employées à la récupération de ce pétrole tant en mer que sur les rivages, et personne n'en avertit la population des risques encourus.

Le problème est en train de prendre une tournure encore plus terrifiante, il apparaît qu'à quelques 12km autour du puits en question, des fissures se sont formées et laisseraient échapper les mêmes substances. D'autre part, des rapports viennent d'être divulgués, concernant l'existence de près de 27.000 autres puits dans la région, tous abandonnés et  les autorités de régulations et les entreprises du secteur, affirment que ces puits abandonnés, sont correctement bouchés et censés le rester indéfiniment. Or la pression sous-marine liée à la corrosion, affaibli dangereusement les tuyauteries et les produits de colmatage, augmentant ainsi le risque de fuite, surtout que certains de ces  puits se sont repressurisés et réalimentés de par une source plus profonde.

Revenons-en à l'utilisation d'une charge nucléaire pour peut-être arriver à obturer la fuite. Cette solution extrême, n'est envisageable qu'en cas d'échec de toutes autres tentatives, car elle comporte un risque majeur. En effet si cette option échoue, il pourrait se produire de par l'onde de choc, la désagrégation de la strate toute entière. Et d'ainsi créer une explosion telle que premièrement, tous les rivages et ce sur plusieurs centaines de kilomètres à l'intérieur des terres, seraient noyés par un méga tsunami. Deuxièmement, le panache enverrait dans l'atmosphère, tant de poussières que la lumière solaire ne serait plus visible durant près de neuf années et d'engendrer un hiver nucléaire avec une glaciation de l'hémisphère nord. Troisièmement, elle se répercuterait aux autres plaques, et d'en modifier leur dérive, ainsi que la tectonique. Il serait possible même que sa puissance estimée à 300 "tsar bomba de 57Mt" aurait comme conséquence le déplacement de la planète et conduire celle-ci à une errance galactique et de fait l'extinction de toute forme de vie en l'absence d'attraction terrestre et rotation tant sur elle-même qu'autour du soleil avec le risque de percussion avec une autre planète.


 

Le plus interpellant c'est que ce n'est pas démenti, ni par BP, ni personne d'autre.


http://www.dailymotion.com/video/xdnq3n_partie-1-lindsey-...

18/07/2010

Le déni de vérité au "Nom de Dieu".

La plupart des dirigeants de ce monde, tant des pays dit industrialisés que du tiers-monde, nous imposent d'être respectueux de notre environnement tout en ayant une attitude écologique. Ils se concertent régulièrement pour concocter de nouvelles mesures, de nouvelles taxes, pour lutter contre le réchauffement. Mais les gains générés par tout ça, où va-t-il en réalité, nul ne le sait au juste, mais certainement pas dans le développement de solutions liées à ce soit disant réchauffement climatique. Lors de leurs sommets, comme celui de Copenhague, où les palabres n'ont servis à rien sinon que de dépenser des fonds inutilement, ils renient volontairement les vrais facteurs de ce phénomène. Car en réalité c'est bel et bien d'un phénomène qu'il s'agit, et non d'une conséquence de l'activité anthropique, du moins certainement pas dans les proportions qu'on veut nous le faire croire.

Et pour cause, de plus en plus, le monde scientifique se rend compte que leurs travaux ayant une corrélation avec le politique, sont souvent soit totalement déformés, soit détournés de leur objectif premier qui est d'informer la population, voire d'être interprétés de manière à trouver des pseudos solutions, de manipuler l’opinion publique comme le fait le GIEC, ce dernier faut-il le rappeler, est gouvernemental, donc politisé. De plus il perd d'année en année toujours un peu plus de sa matière grise, tant les divergences s'accumulent entre politiques et scientifiques, on pourrait parler d'ingérence dans la recherche, aux seules fins, d'escroquer les populations, il est évident que c'en est devenu un business.

Au fil de leurs travaux sur ce thème, les chercheurs s’aperçoivent que l’origine du problème n’est plus seulement l’homme, mais l’univers dans son ensemble et il est en phase de changement. La nature elle-même est en profonde mutation. Longtemps on a toujours cru que seul l’homme était capable de grands chambardements, or il n’en est rien. Nous ne connaissons qu’une infime partie de notre univers et malgré cela, on a le culot de s’en prétendre en être les maîtres, l’heure de vérité est toute proche, on va bientôt prendre conscience que nous ne sommes qu’un iota dans sa dimension, il nous attend un avenir chaotique où seuls les ingénieux pourront se tirer d’affaire.

Durant de très nombreuses années, l’église catholique a fait en sorte de nous laisser dans l’ignorance de la proche destinée de notre civilisation. Son objectif était d’en asseoir sa domination dans tous les échelons de notre société, et ce jusqu'au sein même de la politique, où sans elle rien n'est permis.  Mais les temps changent, elle perd de plus en plus de sa superbe, et l'âge d'or est désormais révolu, ayant usé et abusé de la naïveté, de la crédulité des hommes. L’évolution fait que les populations se sont instruites depuis lors et qu’il devient difficile de les leurrer, ce qui fragilise la situation dominante de cette église car ses fidèles se sentent floués dans la sincérité de leur idéal et donc ébramlés dans leur foi. Les valeurs d'antan qu'elle a imposé durant des siècles, ne sont plus celles d'aujourd'hui, de plus elle ne s'est pas donné la peine de se moderniser.

Aujourd'hui, cette église est mise à mal car elle n'est plus l'exemple à suivre, poussant ainsi ses fidèles à rejoindre d'autres religions pas toujours exemplaires, ou s'apparentant parfois à des sectes. Mais le plus grave c'est que de par son passé, elle a privé et prive encore et toujours le monde entier, de grandes connaissances ancestrales, afin que nul ne puisse mettre en doute son autorité. Depuis les conquêtes d'autres continents, l'église catholique et plus exactement les "Jésuites" qui en sont en quelque sorte, l'armée, ont anéanti et réduit au silence à jamais tant de richesses humaines, scientifiques et historiques, pour asseoir sa suprématie au " NOM DE DIEU".

Il y a une petite décennie, lors de travaux de rénovation d'une aile de la bibliothèque Royale d'Espagne, il fut découvert des documents écrits par les chroniqueurs qui accompagnaient Cortès lors de la soumission et l'extermination des Aztèques. Ces écrits reprennent les témoignages et les connaissances tant en astrologie qu'en géophysique, fruit d'observations, de constatations et d'études approfondies de tout ce qui entourait l'homme et ce, depuis la nuit des temps. C'était un legs, depuis des générations qui en final, se voit occulté par les ecclésiastiques pour qui ce n'était qu'hérésie du fait que ça allait à l'encontre de la doctrine imposée. Le Vatican ayant été mis au courant de cette trouvaille, a tout mis en œuvre pour se les approprier et d'ainsi les soustraire à la connaissance du monde. Il faut admettre que d'un autre côté, leur contenu renferme tant de choses qui compromettraient tous les fondements de nos connaissances actuelles, mais aussi notre foi et pas qu'en cette religion en particulier. N'empêche que celle-ci s'est toujours entêtée à nier l'évidence "D'UN AVANT  GENESE ", à tel point que ces documents sont trop dangereux pour la croyance populaire, basée sur la mystification et la contrainte idéologique de masse. Face à ces contradictions la croyance populaire en serait très ébranlée, et perdrait alors la confiance ainsi que les repaires imposés par les courants religieux.

Ces récits et textes remontent effectivement à temps immémoriaux, bien avant la genèse de notre monde, car certaines parties font état, de la formation de l'univers, ils relatent l'existence même de planètes disparues et qui nous sont totalement inconnues. Ils relatent également la formation de notre planète, avant la Pangée. Des continents auraient été engloutis avec des civilisations dont on n'a aucunes traces tangibles, sinon que de faibles indices de leur existence. Les cataclysmes ayant mené à la formation de nos continents, en ont effacé les traces principales, seuls quelques indices apparaissent çà et là, et plus particulièrement des profondeurs sous-marines. Peu avant ces changements brutaux, une ou plusieurs de ces civilisations hyper évoluées, ont totalement déserté la planète, car la survie y aurait été quasi impossible.

C'est ce qui se prépare actuellement et la Nation Hopi qui serait légataire de cet héritage, par obligation de tout mettre en oeuvre afin de préserver de toutes formes de vie sur "Terre", a voulu lors d'une conférence de l' ONU, le 22 novembre 1993, faire part aux dirigeants politiques de la menace qui pèse sur notre civilisation. Cette menace fut relayée par un chroniqueur lors d'un massacre de prêtres aztèques, l'un d'eux, semblant être très âgé, s'est exprimé dans un espagnole des plus parfait et clairement distinct des chroniqueurs, il s'est exclamé dans ces termes :"… votre civilisation est vouée à disparaître, car nous en sommes à la fin du cinquième soleil, et de très grandes tribulations vont se produire", "… vous ne connaîtrez plus la paix avant le nouveau soleil…", "… surtout après avoir osé utilisé le feu de la création , que l'homme dans sa stupidité ne saura pas métriser …et s'en torturera lui-même avant le grand remaniement … ", ce fut ses derniers mots avant sa décapitation. Mais voilà, nous hommes blancs sommes tellement imbus de notre égo, qu'on se prétend tout connaître et tout maîtriser mais cette arrogance et soif de dominer tout se qui nous entoure, que nous ne sommes en rien, prêt à affronter, des forces à peine soupçonnées, et d'une puissance encore jusqu'ici inégalée. Cet état d'esprit, qui nous anime nous rend aveugle aux signes qui pourtant se présentent en toute évidence, à nous comme des avertissements.

Le réchauffement n'est en rien de notre pleine responsabilité, certes nous y avons quelque peu contribué, mais pas au point que nos politiciens veuillent le prétendre, parce qu'ils sont tellement avides de gloire qu'ils vendraient tout même l'âme de leur père et mère au diable pour y arriver. Ce réchauffement fait partie d'un ensemble, où chacun des 6 éléments contribuent à la mise en place des autres et les activent à leur tour et créer une réaction en chaîne.

Tous ces éléments, sont comme les cinq de base, l'eau, le feu, le bois, la terre, le métal, et le sixième n'est rien d'autre que l'homme, ils sont complémentaires des autres, mais à l'échelle cosmique cette fois.