31/07/2010

Où peut être la crédibilité avec de telles discordances dans ces déclarations ?

Les adeptes du réchauffement climatique et en particulier "Greenpeace", ont trouvé une nouvelle cible, le gouvernement russe.

En effet, selon une statistique menée tenez vous bien par le géant pétrolier, "BP" en 2009, la Russie était le 4e plus gros émetteur de dioxyde de carbone.

Brandissant les chiffres de "BP" les experts de Greenpeace déclarent à qui veut l'entendre, que la vague de chaleur de ces deux derniers mois en Russie occidentale, la pire depuis des décennies serait due au réchauffement climatique mondial et qui plus est, ils en auraient les preuves.

Mais de quelles preuves, selon leurs dires, cette sécheresse serait aggravée par une année 2009 déjà inhabituellement sèche, ayant eu pour conséquence la disparition de toute humidité des terres du sud, Volgograd et Voronej. Pire encore ils prétendent que cet effet est accentué par la disparition des neiges du milieu d'hiver, emportées par des "inondations", ahurissant de contradiction, on se rappelle les semaines que ça a duré avant de la voir s'évacuer. D'autre part déjà dans son propre communiqué, Greenpeace se fourvoie, il dit "la pire depuis des décennies" or plus bas il est fait mention que se serait à cause de la sécheresse de 2009.

Autre contradiction, selon les déclarations d'autres experts en climatologie et qui plus est, émanent du GIEC, une telle sécheresse ne peut en aucun cas, être la résultante de phénomènes climatiques ayant survenus sur un si court lapse de temps, ce n'est pas possible.

Donc, in fine, on se rend très vite compte qu'entre tous ces organismes et scientifiques qui y sont à leurs bottes, ils ne s'accordent même pas dans leurs déclarations.

Les commentaires sont fermés.