23/07/2010

Quand l'appât du gain risque de mettre fin à l'humanité.

 Il y a peu je disais que l'homme était stupide, j'étais très loin du compte. Le summum de l'imbécilité semble bien d'avoir été atteint par BP dans le Golfe du Mexique.

S'il s'avère que le témoignage de l'aumônier Alex Jones de Deep Water (eau profonde) est exact, nous sommes alors au bord d'une catastrophe sans précédent et apocalyptique.

Pourquoi?

 

BRITISH PETROLEUM a foré très (trop) profondément, soit 12km un record (si on peut dire). Mais là où il y a du souci à se faire, c'est que le pétrole qui sort de ce puits n'est en rien comparable à celui qu'on exploite en temps normal. C'est du pétrole "ABIOTIQUE" c.-à-d. non fossile, donc obtenu par un processus chimique dans les couches profondes, ainsi dit les "strates". Rappelez-vous les reportages montrant la nappe polluant les eaux et les rivages, elle était de couleur rougeâtre et non gris noirâtre comme à l'habitude.

La profondeur à laquelle ils ont foré, fait que ce qui en sort est à une pression telle que tous les équipements de sécurité, ont été littéralement balayés, même la valve de sécurité, censée résister au double de la pression maximale connue jusqu'à ce jour, à été arrachée de ses supports, la pression de sortie de ce pétrole est située entre 1378 et 4824 bar. Pour faire le rapprochement, un pneu de voiture est de 2.4 b et celui d'un camion de 6.9 b et enfin celui des circuits hydrauliques d'un avion est de 200 à 380 b une fuite transpercerait un homme de part en part. En conclusion aucune technologie actuelle ne pourrait mettre un terme à la fuite, sinon que l'utilisation d'une charge nucléaire, mais !

Comme si ce n'était pas assez, ce qui sort de ce puits, n'est pas plus rassurant, des gaz à haute toxicité ont été détectés à la surface de l'eau. Il s'agît en particulier de :

- Sulfure d'hydrogène (niv. norm. autor. 5-10ppb) sur le lieu il est de 1200ppb.

- Benzène (niv. non dangereux 0-4ppb) sur place il est de 3000ppb.

- Chlorure de Méthylène (niv. non toxique 0-61ppb) il est de 3000-3400ppb.

Ces relevés ont été fait par l'Agence de contrôle de l'Environnement, suite à l'apparition soudaine de maladies et de décès de personnes employées à la récupération de ce pétrole tant en mer que sur les rivages, et personne n'en avertit la population des risques encourus.

Le problème est en train de prendre une tournure encore plus terrifiante, il apparaît qu'à quelques 12km autour du puits en question, des fissures se sont formées et laisseraient échapper les mêmes substances. D'autre part, des rapports viennent d'être divulgués, concernant l'existence de près de 27.000 autres puits dans la région, tous abandonnés et  les autorités de régulations et les entreprises du secteur, affirment que ces puits abandonnés, sont correctement bouchés et censés le rester indéfiniment. Or la pression sous-marine liée à la corrosion, affaibli dangereusement les tuyauteries et les produits de colmatage, augmentant ainsi le risque de fuite, surtout que certains de ces  puits se sont repressurisés et réalimentés de par une source plus profonde.

Revenons-en à l'utilisation d'une charge nucléaire pour peut-être arriver à obturer la fuite. Cette solution extrême, n'est envisageable qu'en cas d'échec de toutes autres tentatives, car elle comporte un risque majeur. En effet si cette option échoue, il pourrait se produire de par l'onde de choc, la désagrégation de la strate toute entière. Et d'ainsi créer une explosion telle que premièrement, tous les rivages et ce sur plusieurs centaines de kilomètres à l'intérieur des terres, seraient noyés par un méga tsunami. Deuxièmement, le panache enverrait dans l'atmosphère, tant de poussières que la lumière solaire ne serait plus visible durant près de neuf années et d'engendrer un hiver nucléaire avec une glaciation de l'hémisphère nord. Troisièmement, elle se répercuterait aux autres plaques, et d'en modifier leur dérive, ainsi que la tectonique. Il serait possible même que sa puissance estimée à 300 "tsar bomba de 57Mt" aurait comme conséquence le déplacement de la planète et conduire celle-ci à une errance galactique et de fait l'extinction de toute forme de vie en l'absence d'attraction terrestre et rotation tant sur elle-même qu'autour du soleil avec le risque de percussion avec une autre planète.


 

Le plus interpellant c'est que ce n'est pas démenti, ni par BP, ni personne d'autre.


http://www.dailymotion.com/video/xdnq3n_partie-1-lindsey-...

Les commentaires sont fermés.