16/02/2010

Une regrettable erreur de plus, ça fait beaucoup trop

Le Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC) a admis dimanche avoir hâtivement estimé que 55% du territoire des Pays-Bas se trouvait sous le niveau de la mer, précisant qu'il s'agit en fait des terres "risquant d'être inondées".

Le gouvernement néerlandais avait annoncé le 5 février qu'il allait demander des "éclaircissements" au GIEC après que ce chiffre, inexact selon La Haye, avait été révélé dans la presse.

Il figurait dans une phrase du quatrième rapport du groupe d'experts, publié en 2007, qui avait déjà été critiqué pour avoir prévu que les glaciers de l'Himalaya auraient fondu "d'ici 2035, voire avant". Le GIEC avait reconnu "une regrettable erreur".

A propos des Pays-Bas, le GIEC reconnaît que le chiffre de 55% concerne la portion "des Pays-Bas risquant d'être inondée", selon une note transmise à l'AFP, qui ajoute que cela ne remet pas en cause la conclusion globale du rapport.

Le groupe d'experts onusien refuse néanmoins d'endosser l'erreur: selon lui, le chiffre lui avait été fourni par un organe gouvernemental, l'Agence néerlandaise d'évaluation environnementale, "que le GIEC considère comme un source scientifique digne de confiance".

Plusieurs publications du gouvernement néerlandais lui-même utilisent d'ailleurs cette estimation, relève-t-il, en donnant l'exemple d'un document du ministère des Transports.

Le GIEC explique que les 55% correspondent en réalité à la portion de territoire se trouvant sous le niveau le plus élevé de la mer lors de tempêtes. Ils représentent aussi la surface totale du pays risquant d'être inondé par de l'eau de mer ou de rivière, y compris les estuaires, selon le GIEC.

Un porte-parole du ministère néerlandais de l'Environnement avait affirmé que la rectification de ce chiffre avait été "mise plusieurs fois à l'ordre du jour", mais en vain. Il avait aussi regretté "un non-respect de la procédure" par le GIEC.

Le rapport du GIEC fait autorité dans le monde en matière d'évaluation du réchauffement climatique et de ses impacts.

Les commentaires sont fermés.