01/12/2009

Les travaux du Pr. H. Abdussamatov.

                Pr. Habbullo Abdussamatov, a obtenu son diplôme de l'université de Samarkand en 1962 en tant que physicien et mathématicien. Il a eu son doctorat à l'observatoire de Pulkovo et à l'université de Leningrad.

Actuellement, chef du laboratoire de recherche de l'espace, de l'observatoire astronomique de St. Petersburg  Pulkovo à l'Académie des Sciences et du projet de l'astrométrie  de la Station Spatiale Internationale, un projet de recherche scientifique, commun à long terme pour les agences spatiales russes et ukrainiennes.

                Depuis 1997 les données transmises par Mars Global Surveyor sont analysées et montrent que récemment un phénomène de réchauffement similaire au notre se produit également sur la planète Mars qui, après avoir été constant, s'est accéléré dernièrement. Là aussi les glaces polaires fondent de manière inquiétante, ce qui pousse certains scientifiques d'affirmer que le réchauffement simultané de la Terre et de Mars n'est pas une coïncidence. Le Pr. H. Abdussamatov affirme que ce double phénomène pourrait s'expliquer par des changements au niveau du rayonnement solaire. L'institution National Geographic a aussi, suite à une étude, fait une publication allant dans ce sens.

                Le climatologue Svensmark explique dans un de ses ouvrages, les conclusions d'une étude mettant en relation, l'activité solaire et une diminution de la formation de nuages sur la Terre. Moins de nuages donc moins de couverture, donc plus d'exposition au rayonnement, donc planète plus chaude, la cause principale est, les variations de luminosité accroitraient les vents de haute atmosphère, véhiculant de grandes quantités de poussière et de particules.

                Des simulations informatisées semblables à celles faites pour la Terre, confirme bien que de la poussière et des particules de sable en haute atmosphère, favorisent le réchauffement. Les données recueillies par la sonde Viking durant les années 70, et confrontées aux données actuelles, ont permis de constater une élévation des températures à la surface de Mars, d'environ 0.65°C, comparable à celles estimées pour la Terre au cours des 100 prochaines années.

                Les variations de la quantité de taches solaires déterminent, les variations de température sur Terre. Depuis 1700, les variations du nombre de taches solaires à permis aux scientifiques d'aujourd'hui, de faire le rapprochement avec les variations des températures enregistrées depuis lors et de manière répétitive. C'est donc grâce à cela que l'on a pu définir le petit âge glaciaire(PAG), entre 1580 et 1860 et succédant à l'Optimum Climatique Médiéval (OCM) parfois appelé aussi Réchauffement climatique de l'An Mil se situant entre le 10e et le 14e siècle, soit durant le moyen âge. Une datation au carbone 14 d'échantillons d'un sédiment venant de la mer de Sargasse, atteste d'une température en surface de mer d'1° plus froid qu'actuellement, durant le PAG, et d'1° plus chaud qu'aujourd'hui, durant l'OCM.

                Il apparaît dans les derniers relevés de ces 5 dernières années de petites baisses de la température globale après une stabilisation du réchauffement entre 2003 et 2005, ce phénomène peut connaître quelques augmentations sous forme de pic pour entamer une descente définitive dans la décennie qui va suivre, celle-ci pourrait démarrer aux alentours de 2013.

Les commentaires sont fermés.